15/09/2017

Les journées "off" du patrimoine

Mises sur pied en moins d'un mois par le mouvement "Contre l'enlaidissement de Genève", les Journées "off" du patrimoine se sont déroulées parallèlement aux Journées européennes du patrimoine 2017 à l'occasion desquelles le Canton de Genève proposait 21 manifestations autour de la thématique Héritage du pouvoir qui ont remporté un grand succès mérité. Soucieux de se questionner plus largement sur le bien commun (patrimoine, végétation, environnement, qualité de vie, etc.), désireux d'inclure la discussion patrimoniale dans la perspective du développement de la ville et du canton, "Contre l'enlaidissement de Genève" a proposé un programme de 7 visites complémentaires qui ont permis d'aborder autrement la question du patrimoine au sens large.

IMG_6547.jpg

Alors que les effets globalement destructeurs de la loi sur les surélévations et du Plan directeur cantonal 2030 se font clairement jour sur le territoire genevois, entraînant une quotidienne et évidente perte patrimoniale, à l'issue de procédures souvent opaques, "Contre l'enlaidissement de Genève" a choisi d'exemplifier la chose à travers différents parcours thématisés autour de points sensibles en danger comme les zones villas, les grands domaines, le skyline de nos artères urbaines et l'exceptionnel site de la rade.

Des usagers, des habitants, des propriétaires ont participé à ces visites, donné leur avis, partagé leurs connaissances des lieux. Intéressés par leur cadre de vie, les participants ont posé de nombreuses questions sur les rouages de l'administration, le cheminement des dossiers et l'octroi des autorisations de construire. Ils se sont souvent exprimés sur le peu d'écoute de leur point de vue et de leur sensibilité. Tout porte à croire que les soi-disant processus de concertation ressemblent davantage à des stratégies top down que bottom up (dans le jargon!). A se demander quelle est encore la marge de manoeuvre en matière d'urbanisme pour le citoyen lambda, si ce n'est de recourir aux instruments politiques classiques que sont le referendum et l'initiative, comme l'exemplifient récemment les referendums aboutis au Petit-Saconnex et sur la commune de Bernex.

Les visites organisées au Point-du-Jour, à Cointrin Ouest et à Grange-Canal/Chêne-Bougeries ont mis l'accent sur des poches de villas prévues densifiées tant dans les scénarios de la Ville que de l'Etat. Selon les cas, l'avancement des dossiers n'en est pas au même stade, que l'on ait des plans localisés de quartier (PLQ) en force ou que le changement en zone de développement n'ait pas encore été effectué. Dans tous les cas de figure, la pression des milieux immobiliers est telle que les propriétaires se voient littéralement harcelés pour vendre leur bien. Or, à l'heure actuelle, on se trompe de cible en diabolisant l'entier des zones villas. De nombreux témoignages de riverains habitant des immeubles ont pointé l'agrément pour tous et l'intérêt général que représentent ces poches de verdure. A l'arrière de la Servette c'est tout un quartier très dense qui tire profit des jardins fleuris et des oiseaux dans les arbres.

La densification des anciens domaines, possible dans des limites raisonnables comme l'a rappelé Gilles Gardet, ancien directeur de l'aménagement, à la Malvande, est un autre problème crucial. Le bourrage auquel souhaitent se livrer certains propriétaires en outrepassant le protection des rives du lac et les indices de densité pourtant énormes du PDC2030 est affligeant. On ne peut agir face à une maison de maître et ses dépendances parfaitement conservées comme sur un terrain à bâtir dans la pampa. Même triste abus sur la commun de Chêne-Bougeries où subsistent des demeures et où disparaissent nuitamment des maisons Puthon pourtant protégées.

Les surélévations de la Servette exemplifient presque tous les cas de figures de l'ajout des étages selon qu'elles datent d'avant la fameuse Loi sur les surélévations ou d'après. Ce grand axe qui de l'aéroport mène à la gare, puis au lac, devrait être une carte de visite pour Genève. En lieu et place elle a perdu ce qui lui restait d'homogénéité par l'augmentation désordonnée des gabarits au coup par coup, chaque architecte y allant de son dessin génial sans se préoccuper aucunement de l'ensemble de la rue. Et sans se préoccuper parfois non plus des occupants! L'auguste cinéma Nord-Sud, qui a vu son enseigne dégringoler, soutient sa marquise avec des poteaux de chantier sous l'empilement des nouveaux étages dont on ne comprend pas la présence en regard du bel ensemble contigu de Théo Cosson.

A coup sûr les off ont pointé quelques uns des problèmes qui menacent notre patrimoine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:04 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/08/2017

Le mouvement « Contre l’enlaidissement de Genève » en quelques mots

Le 6 décembre 2016 la Page Facebook « Contre l’enlaidissement de Genève » a été créée pour dénoncer tout à la fois la dégradation accélérée du territoire genevois, de son tissu urbain et de sa qualité architecturale. « Contre l’enlaidissement de Genève » est un mouvement lanceur d’alerte, qui utilise les réseaux sociaux pour tenter de fédérer le mécontentement diffus d’une grande partie de la population genevoise à l’égard des transformations massives et brutales que subissent sa ville et son canton. Convaincu de l’emballement de la machine immobilière sous l’effet d’une volonté discutable et non négociable de densification de la part de nos autorités cantonales, « Contre l’enlaidissement de Genève » résume alors son ras-le-bol de façon percutante: « Trop c'est trop! Surélévations, emballages, dénaturations en tout genre. Halte! Genève n'est pas un terrain de jeu pour promoteurs sans scrupules. »

Lire la suite

09:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/07/2017

Vous m'en mettrez 20%

Entrepris en septembre 2015 par le Département de l'Aménagement, de l'Equipement et du Logement, le Recensement architectural du Canton (RAC) prétend recenser sur l'entier des communes genevoises le patrimoine architectural digne d'intérêt. Plusieurs équipes d'historiens de l'art et d'architectes travaillent donc depuis bientôt deux ans pour ratisser le canton, visiter, photographier, documenter, renseigner, faire l'historique d'un très grand nombre de bâtiments qui étaient passés entre les gouttes des nombreux recensements et inventaires menés jusque là. Le budget nécessaire à cette entreprise si utile et si nécessaire est prélevé du fonctionnement de la Direction de l'Urbanisme, dont on se dit qu'elle a tout intérêt à connaître l'état détaillé du territoire et du bâti avant même de tracer la première ligne d'un plan d'aménagement quel qu'il soit.

Lire la suite

11/05/2017

Petite analyse de manchettes de la presse locale : Genève – La rade se rêve en grand ou Trois idées pour une rade enfin attrayante

Trouver le slogan d’une manchette de journal, ce n’est évidemment pas faire dans la dentelle. Le journaliste qui a inventé celui de la Tribune de Genève du 11 mai 2017, lendemain de l’annonce des lauréats du Concours d’idées La Rade, lancé par Guillaume Barazzone en novembre 2016, a, quant à lui, carrément fait dans la serpillière : « Trois idées pour une rade enfin attrayante ». Le journal Le Matin a étonnement montré plus de tenue avec son motto : « Genève - La rade se rêve en grand ». Ces deux affichettes ont évidemment retenu toute notre attention, comme elles auront certainement frappé le quidam pas trop lobotomisé. Capter et retenir l’attention, tel est bien entendu le but d’une affichette de caisse à journaux. Surtout de nos jours, quand on sait comment (peu bien) se porte notre bonne presse … Enfin je dis bonne …

Lire la suite

18:44 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/05/2017

La rade ou Macron?

Il est certes peut-être difficile pour la RTS de faire la pesée des intérêts entre l'actualité internationale brûlante des présidentielles françaises et celle non moins brûlante du patrimoine genevois. Renaud Malik a tranché dans le vif par téléphone trois-quarts d'heure avant une intervention prévue depuis quelques jours dans l'émission Forum vers 18h30 pour donner un point de vue patrimonial concernant la Rade de Genève: "Etes-vous déjà partie? Nous n'aurons pas le temps de parler du sujet, seulement 4 à 5 minutes (au lieu des 7 minutes prévues initialement) en raison des résultats de l'élection présidentielle française qui sont en train de tomber ... Mais c'est partie remise ... plus tard ... dans la semaine." Comment interpréter la chose à chaud?

Lire la suite

18:57 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/02/2017

Pour un moratoire face au développement outrancier du territoire de la Ville et du Canton

Le groupement citoyen "Contre l'enlaidissement de Genève" a publié sur sa page Facebook (https://www.facebook.com/Contre-lenlaidissement-de-Gen%C3...) une lettre-type qui permet à tout un chacun de réagir auprès de nos autorités à propos de la mise à jour du Plan directeur cantonal 2030 et par conséquent sur la Plan directeur cantonal 2030 lui-même, un plan outrancier et dévastateur. Que chacun-e d'entre vous qui partage ces idées reprenne cette lettre à son compte, telle quelle ou en l'améliorant, l'imprime, la signe et l'envoie par courrier A à M Antonio Hodgers, DALE, Case postale 3880, 14 rue de l'Hôtel de Ville, 1211 Genève 3, jusqu'au 15 février 2017 pour réagir à la première mise à jour du Plan Directeur Cantonal 2030!

genève vue de la cathédrale (http://www.cathedrale-geneve.ch/fr/galerie-photos)

Lire la suite

09:14 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/01/2017

La rade de Genève: un paysage culturel

Une vingtaine d'historiens et d'experts de l'architecture et du patrimoine genevois, toutes générations confondues, ont signé une lettre ouverte au maire de Genève concernant le concours d'idées pour l'aménagement de la rade. Cette lettre n'a été que partiellement relayée par la presse à ce jour. La voici ci-après in extenso.

KDS-0089_GV I._ville_de_Geneve_Geneve_sur_leau.jpg

Lire la suite

23:20 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/01/2017

Une toute petite gare de carton-pâte: le coeur palpitant de l'avenue de la Gare des Eaux-Vives

gare des eaux-vives 1.jpg

Toute emballée de plastique, déjà un peu entamée dans sa substance, la gare des Eaux-Vives, tête de ligne du PLM (Paris-Lyon-Méditerranée), fut inaugurée en 1888. A ce titre elle représente, avec la gare de Chêne-Bourg, qui a été ripée sur rail pour échapper à la démolition, tout un pan de l'histoire ferroviaire et du tourisme genevois et frontalier. Les instances chargées de préaviser sur la protection du patrimoine, notamment la Commission des Monuments, de la Nature et des Sites, dans le cadre du projet d'aménagement du CEVA, ont dès 2006 défendu le maintien de ce bâtiment au titre de lieu de mémoire et de témoin de l'histoire du quartier, qui compte un des plus beaux ensembles d'architecture Heimatstil de la Ville (avenue de la Gare des Eaux-Vives, rue de Savoie, route de Chêne). Dans n'importe quelle autre ville consciente de son histoire touristique, ce seul argument eût suffi pour envisager son maintien, sa réhabilitation et sa reconversion dans le cadre du nouveau développement.

Construite dans des matériaux simples et économiques, cette petite gare de "carton-pâte", comme je me suis entendu dire, devait remplir sans prétention sa fonction d'abri de voyageurs. Une leçon d'humilité à l'heure des exploits architecturaux dépassés, mais qui pourtant tardent à cesser. De quoi nous donner à réfléchir en contrepoint des monumentales gares du CEVA et leurs dalles de verre qui sortent implacablement de terre en ce moment sous nos yeux. La structure de la petite gare des Eaux-Vives est une structure à colombages ou pans de bois, ce que Viollet-le-Duc et d'autres développeront dans la perspective du pan de fer. Il s'agit là d'un système proto-industriel d'une grande modestie et d'une redoutable efficacité. Avec ses remplissages de briques, l'édifice s'est maintenu sans problème majeur pendant près de 130 ans. Gageons que les nouvelles gares d'acier et de verre poseront dans de plus brefs délais davantage de problèmes de maintenance.

La gare des Eaux-Vives est le coeur de ce quartier en pleine mutation. Que personne parmi les développeurs et les aménagistes n'en ait soupesé l'intérêt avant que de la biffer d'un trait de stabilo, pour implanter une ligne de maisons comme dans n'importe quel no man's land, en dit long sur le peu de culture et de sensibilité desdits responsables, entre les mains desquels on remet le destin de la ville. Faire fi de l'histoire lorsqu'elle existe et qu'elle est significative pour urbaniser à la tronçonneuse est une forme de barbarie. Pourtant tous les signaux du monde de l'architecture sont au rouge maintenant et nous indiquent d'agir proprement, délicatement et avec subtilité. La marche forcée que subit Genève n'a rien de Vert, rien de Rouge, rien de Rose, quels que soient les politiciens en charge. Elle est imprimée par la priorité économique. Jusqu'à quand va-t-on accepter de brader Genève au plus offrant? Et de n'avoir plus de souvenirs que dans la toponymie?

 

sébastien chevallier par pierre abensur.jpg

L'intérêt de ce quartier n'a pas échappé au photographe Pierre Abensur

 

 

POST SCRIPTUM du 11 janvier

Une pétition réunissant une centaine de signatures a été envoyée au Conseiller d'Etat Hodgers le 3 janvier accompagnée d'une lettre dont voici l'essentiel:

"J’ai l’honneur de vous adresser, ci-jointes, les signatures récoltées en ligne via le site Facebook « Contre l’enlaidissement de Genève » et sur papier contre la démolition de la Gare des Eaux-Vives (Sauvons la Gare des Eaux-Vives http://www.activism.com/fr_FR/petition/sauvons-la-gare-des-eaux-vives/196074). La Gare des Eaux-Vives, comme Erica Deuber-Ziegler le souligne dans le texte introductif de la pétition fait partie de l’histoire ferroviaire de Genève et constitue un témoignage important de l’histoire du quartier qui est actuellement en plein bouleversement. Son architecture à colombages est caractéristique de l’architecture des gares Fin de siècle et donne la réplique au magnifique ensemble résidentiel qui s’est construit juste en face au même moment et un peu après.

Action Patrimoine Vivant avait introduit une demande de protection de cet objet qui appartient véritablement à l’histoire de la ville et dont l’architecture particulière avec sa structure légère n’existe bientôt plus nulle part dans le Canton. Cette gare est l’un des rares souvenirs d’une forme d’architecture proto-industrielle dont on a perdu chez nous toutes les traces. Sa disparition, qui n’est pas inéluctable, effacera, sans qu’aucune étude historique sérieuse n’ait été faite à son propos, une trace de plus de l’histoire de la Ville, à l’heure où la sensibilité des habitants de Genève est à fleur de peau. Car le développement de Genève qui est proposé maintenant est irréfléchi, brutal et se fait au détriment de la qualité architecturale et urbaine de la Ville et du Canton.

Alors que Genève voit disparaître chaque jour des espaces verts et des témoins de son histoire et de son patrimoine, les signataires de la présente pétition ne peuvent se résoudre facilement à voir détruire ce bâtiment qu’on pourrait aisément réaffecter dans le cadre du nouveau quartier afin d’y installer un des nombreux commerces ou cafés appelés à y prendre place. (...)."

Elle est restée sans réponse et le démantèlement de la gare a commencé en catimini derrière les échafaudages et l'emballage de plastique. La toiture que l'on détruit est en parfait état avec ses plaques d'ardoise, ses lattis de bois bien visibles. D'un point de vue éthique, gaspiller ainsi une ressource bâtie est absolument questionnable.

gare démolition.jpg

 

 

 

13:35 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/12/2016

A quoi sert le recensement architectural du Canton de Genève (RAC)?

Celles et ceux d'entre vous qui habitent les communes de Versoix, Meyrin, Grand-Saconnex, Vernier auront peut-être vu des équipes de recenseurs arpenter les rues, appareil de photo au poing, carnets en main. C'est que depuis septembre 2015 le Recensement Architectural du Canton (RAC) de Genève a commencé. Pour ce faire on a embauché tout ce que l'Université de Genève avait formé d'historien-nes du patrimoine sur les bancs du Département d'histoire de l'art, de la Sauvegarde du patrimoine bâti et du Master en Conservation du patrimoine. On y a même ajouté des collègues vaudois. Ce sont donc une vingtaine de personnes qui travaillent à ratisser le territoire genevois, à dénicher les perles rares et les documenter.

Lire la suite

23/10/2016

Underground Salon Suisse

L'architecte suisse Peter Vetsch a présenté vendredi soir au Salon Suisse de la Biennale d'architecture 2016 Wake up! A path towards better architecture! ses maisons-sculptures semi-souterraines construites dès les années 1960' à Dietikon. Mahnaz Ashraf, architecte iranienne, a le lendemain fait la lumière sur les sites troglodytes iraniens et en particulier celui de Maymand, classé depuis 2015 au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le père Maximous El-Antouny a enchaîné le lendemain sur le sujet des églises coptes creusées dans le rocher de la montagne du Mukkattam au Sud du Caire. 

Lire la suite