10/04/2008

L'Uni prend l'eau

304226717.jpgVous me permettrez d'ajouter un petit couplet au chapitre de l'entretien des bâtiments publics, d'un bâtiment de l'état en l'occurrence, d'un bâtiment universitaire. L'ancienne Ecole de Chimie, construite à la fin des années 1870 par les architectes Henri Bourrit et Jacques Simmler, le même tandem qui réalisera l'Ecole des Arts industriels, puis décoratifs (actuelle HES Arts visuels) un peu plus tôt. Le bâtiment de l'Ecole de Chimie fut conçu comme un palais dans la tradition de l'architecture fédérale "à la Semper", inaugurée en Suisse avec les bâtiments de l'EPFZ. Le budget de l'époque se monta à près d'un million de francs dont la moitié fut prélevée sur le legs récent du duc de Brunswick.

La mémoire des hauts faits architecturaux est malheureusement courte. Dans les années 1980 la chimie déménagea dans le bâtiment de Sciences II et l'Ecole de Chimie fut abandonnée. On songea même, dans les années 1960, à la démolir sur l'autel de la circulation automobile. Il n'en fut rien: le palais florentin de la chimie genevoise se maintint. Derrière sa belle façade en molasse verte à bossage et refends, exhibant savamment des réminiscences renaissantes, l'édifice demeura quelque temps vide. Jusqu'à ce qu'on décidât d'y loger plusieurs départements de la Faculté des Lettres (au nombre desquels le département d'histoire de l'art et de musicologie), qui s'y trouvent toujours aujourd'hui. 

Depuis nombre d'années on se sert donc de l'auguste édifice comme d'"une commode dont on changerait les tiroirs", ce que m'avait expliqué jadis un responsable du service des bâtiments universitaires. Cette métaphore du bâtiment-commode, si elle satisfait au confort mental d'un gestionnaire, fait peu de cas du patrimoine architectural. Au titre de commode, l'Ecole de Chimie s'est donc vue transformée sans plan d'ensemble, au coup par coup. Une partie de l'imprimerie de l'Université a été installée au rez-de-chaussée inférieur, jouxtant bruyamment les salles de cours et les bureaux des enseignants-chercheurs! Le petit amphithéâtre qui faisait pendant au grand amphithéâtre (toujours opérationnel mais qui attend impatiemment l'ébéniste qui viendra redonner un peu de jeunesse aux vieux bancs), a été remplacé par une salle de séminaire, devenue dépôt de livres et perdue pour les enseignements qui manquent pourtant d'espaces. Des murs porteurs ont été percés provoquant fissurations et nécessitant renforcements. Les peintures de faux marbres, qui ornaient les vestibules et le grand escalier, ont été badigeonnées de blanc ... et les beaux sols de terrazzo sont réparés par des pièces en bitume ... Un projet est désormais à l'étude!

Dans l'intervalle les usagers, parents pauvres de l'Université, s'accomodent des lieux! Et dans ces locaux l'Uni prend l'eau, au sens propre du terme! Une fois encore, hier, l'entreprise Guimet a été convoquée d'urgence pour une inondation des couloirs du rez-de-chaussée inférieur, ceux qui mènent à la bibliothèque de l'Unité d'histoire de l'art. Les canalisations obstruées d'une courette ont entraîné de nauséabonds débordements transformant le couloir en un canal qu'il fallait passer à gué. A ce genre d'inconvénient n'importe quel concierge ou service de conciergerie, n'importe quel contrat d'entretien du bâtiment pourraient facilement remédier, en attendant que se réalise un jour, que l'on espère prochain, le Grand Projet de remise en état de l'intérieur du bâtiment.1485977918.jpg1364278487.jpg

 

 

10:59 Publié dans Uni | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.