22/02/2015

Dans les méandres de la globalisation. Le Musée d’art et d’histoire de Genève

 

Inauguré en grande pompe en 1910, le Musée d’art et d’histoire de Genève, résultat final de deux concours d’architecture, continue d’impressionner les visiteurs locaux et étrangers. Sur le site de Tripadvisor, dont une rubrique tient le rôle d’enquête de satisfaction, les commentaires de ces quatre dernières années nous en apprennent beaucoup sur la réception du bâtiment et de ses collections par le public. Plusieurs touristes s’étonnent de trouver à Genève un aussi «magnifique» bâtiment, «un palais exceptionnel», avec cour intérieure et splendide escalier.



Ils constatent cependant souvent que celui-ci est malheureusement mal entretenu. Ses façades noircies et dégradées leur semblent repoussantes. Parmi les autres points négatifs relevés par le sondage, la grossièreté du personnel, le manque de signalisation multilingue, la difficulté du parcours… Parmi les points positifs, la gratuité, la richesse et l’ampleur des collections qui permettent de découvrir les écoles artistiques locales, les armures anciennes et l’égyptologie notamment. Quelques enthousiastes voient dans le Musée d’art et d’histoire une réplique, en beaucoup plus petit, des grands musées généralistes que sont le Victoria & Albert Museum de Londres ou le Metropolitan Museum de New York! D’autres relèvent la quiétude de la visite alors que les musées deviennent des champs de foire, dans lesquels il est impossible d’apprécier les œuvres! Mais à l’heure de la réussite à l’audimat, nul ne sait s’il faut se réjouir d’avoir conservé ici un havre de paix et de culture!

 

Les origines

Alors que les «mécènes» des temps présents font de l’ombre à ceux qui les ont précédés, il convient de rappeler l’importance de la clairvoyance et de la puissance financière des élites cultivées qui permettent à Genève de s’illustrer à l’avant-garde de l’histoire internationale des musées d’art. En 1826, grâce au legs du Général Simon Rath, on inaugure le Musée de la place Neuve, dessiné conjointement par le jeune architecte genevois Samuel Vaucher et son mentor polytechnicien, Guillaume-Henri Dufour! Ce petit temple des arts s’aligne dans la généalogie des musées de première génération aux côtés des ouvrages néo-classiques de Leo von Klenze (Glyptothèque et Pinacothèque de Munich), Karl Friedrich Schinkel (Altes Museum de Berlin), Robert Smirke (British Museum de Londres). Il en arbore les allures de temple grec, le portique à colonnes, les baies cintrées et l’éclairage zénithal de la galerie centrale, ces deux derniers dispositifs rendus inutiles par une priorité discutable faite depuis à l’éclairage artificiel.

 

Dès 1873 cependant les autorités prennent conscience de la nécessité de construire un nouveau «Musée Central» pour désengorger le musée Rath de toutes les collections qui l’encombrent déjà. C’est Charles Piguet-Fages, conseiller administratif délégué aux musées, qui empoigne la question de façon décisive en 1899 en tranchant sur l’emplacement des Casemates. Marc Camoletti remporte le second concours avec un projet de la génération des Grand et Petit Palais (Charles Girault, Henri Deglane, Albert Louvet, Albert Thomas) de Paris, du Kunsthistorisches Museum de Vienne (Karl Freiherr von Hasenauer, Gottfried Semper) et du Pergamon (Alfred Messel, Ludwig Hoffmann) ou du Bode Museum (Ernst Eberhard von Ihne) de la Museumsinsel de Berlin, classée au patrimoine mondial, et dont l’un des chefs d’œuvre est aujourd’hui le Neues Museum (Friedrich August Stüler), gravement bombardé durant la Seconde Guerre mondiale et magistralement ressuscité par David Chipperfield.

 

L’heure est au musée encyclopédique, apparu en Suisse au Museum an der Augustinergasse de Bâle (Melchior Berri, 1843-1849) et le Musée d’art et d’histoire de Genève se compare à son homologue neuchâtelois (Léo Châtelain, 1879-1884), au Landesmuseum de Zurich (Gustav Gull, 1898), au Palais de Rumine de Lausanne (Gaspard André, 1889-1906). La complexification du programme constitue une difficulté pour les architectes et l’on sait avec quelle habileté Marc Camoletti fait entrer dans son projet quadrilatère Beaux-Arts la salle d’apparat du château grison de Zizers! Influencé par la conception d’Alexandre du Sommerard au Musée de Cluny, Gustav Gull s’y prend différemment pour abriter quinze salles historiques dans le musée Heimatstil de Zurich, salles mésestimées aujourd’hui, mais qui marquent une présence helvétique précoce dans l’histoire du développement muséal des Period rooms.

 

Grâce au généreux legs de Charles Galland, Marc Camoletti étudie non seulement le parti architectural, mais également tous les détails d’aménagement intérieur. Trop peu connus du grand public, les documents anciens de la photothèque du Musée d’art et d’histoire font état de ce que fut cet exceptionnel ensemble à l’origine. La présentation d’objets de différente nature avait donné naissance à toute une gamme diversifiée de vitrines, présentoirs, socles, etc., conçus pour s’harmoniser avec les salles et leur décor.

 

Le démantèlement

De ce qui était un chef d’œuvre, il ne subsiste plus que des bribes. La faute à des décennies d’absence de vision générale et de transformations au coup par coup de la part des directeurs, conservateurs et politiciens, responsables de gérer et d’entretenir ce patrimoine. Réceptacle des collections, le Musée d’art et d’histoire était la première œuvre d’art dont il eût fallu considérer la conservation. Mais l’édifice s’est progressivement désagrégé au fil des caprices muséographiques. Et c’est dans une indifférence, à peine compréhensible a posteriori, qu’ont été portées les atteintes à cette œuvre d’art totale du plus pur style Beaux-Arts international, dont le principal tort est de ne pas avoir été classée monument historique depuis longtemps.

 

Car Marc Camoletti attend toujours la monographie et l’exposition à même d’établir pour la postérité sa réputation aux côtés des hérauts du Mouvement moderne que sont Maurice Braillard ou Marc-Joseph Saugey. Cette carence dessert la figure et l’œuvre d’un architecte, qui a non seulement remporté plusieurs concours fédéraux, comme ceux des postes du Mont-Blanc et du Quai de la Poste ou des bâtiments de douanes du canton de Genève, mais aussi édifié un grand nombre d’immeubles, de maisons individuelles, d’écoles et même formulé de grands projets pour l’hôtellerie de luxe jusqu’en Egypte. Qu’aucun bâtiment conçu par Marc Camoletti ne figure en 2015 sur la liste des objets classés du Canton de Genève indique le manque de considération dans lequel il est tenu, et avec lui toute l’architecture Fin de Siècle, entre Heimatstil et Beaux-Arts, un pourtant si remarquable chapitre de l’histoire architecturale et urbaine de Genève.

 

Le grande disegno

C’est en coulisses et en petit comité que s’est jouée il y a dix-sept ans déjà la première manche du feuilleton qui nous occupe aujourd’hui. C’est dire l’obsolescence d’un projet auquel se cramponnent encore quelques partisans. Tout le monde en connaît les responsables: d'abord Cäsar Menz, directeur du Musée, et Michel Ruffieux directeur des constructions et de l'aménagement de la Ville de Genève qui voulait Nouvel pour Genève, puis Patrice Mugny, conseiller administratif à la culture, qui sous l'impulsion de la Fondation pour l'agrandissement du Musée d'art et d'histoire exhuma le projet que son prédécesseur avait prudemment écarté et, enfin, Isabelle Charollais, nouvelle venue à la succession de Michel Ruffieux, toujours empressée à jouer la carte de l'architecture moderne, mais peu soucieuse de protection du patrimoine.

 

Finie la politique des petits pas incontrôlés… : ce fut le temps du grand projet réparateur et fédérateur, sur lequel se greffa plus tard le «mécénat», chapitre complexe qui s’ajoute à la complexité de ce grande disegno! Mais, d’épisode en épisode, de tentatives de conciliation en tentatives de conciliation, le projet «Nouvel» ne progresse fondamentalement pas. Le Musée d’art et d’histoire y perdra ce qui lui reste de ses qualités architecturales: la dignité de son intégrité, la clarté de son plan et le vide de son patio. Ce grand projet demeure un ruineux attentat utilitariste et tapageur, autour duquel on a sans vergogne forcé à se rallier trop de signatures de soutien. On est même allé jusqu’à draguer les anciens fonctionnaires de la Ville de Genève lors du dernier Noël, organisé à l’intérieur des murs. Le prochain pas de ces délicates manœuvres sera-t-il d’extorquer des voix dans les EMS?

 

Les musées suisses

Soumis au diktat de l’audimat et de la globalisation, les directeurs d’institutions régionales perdent leur capacité de discernement. Ils sont pris en tenaille entre animation et délectation, écartelés entre pédagogie et science, intimidés par des conditions de plus en plus draconiennes de conservation. Chacun par ailleurs escompte l’effet Bilbao! Mais n’y a-t-il pas lieu de remettre en question le fait que le musée doive être une destination attirante, un support de l’industrie touristique, un spectacle labellisé?

 

Du spectacle labellisé au champ de foire il n’y a qu’un pas. J’en veux pour preuve une éprouvante récente visite, un samedi d’affluence, au Musée National Suisse de Zurich (actuellement en transformation) et qui s’enorgueillit de la plus haute fréquentation des musées suisses. Là-bas le bruit est visuel, tactile, olfactif et auditif! Les muséographes ont «réveillé» le moyen âge par un agressif dispositif zigzagant et l’histoire suisse par une rampe en bois, avec toboggan incorporé pour jeune public, qui casse l’espace architectural inventé par Gustave Gull autant que les tympans des visiteurs. Un projet d’agrandissement est en cours de réalisation et le lieu qui, actuellement, «évoque quelque peu un château de conte de fées», si l’on en croit le site de Suisse Tourisme, va être pris en étau dans ce qu’une propagande prosélyte appelle le «château global». Si les architectes Christ & Gantenbein, lauréats du concours en vue de l’agrandissement du Musée National, se réclament de Gustav Gull, nul besoin d’être fin connaisseur de l’architecture pour ne pas remarquer ce que la géométrie de leur adjonction doit aux effets de mode internationaux, en particulier au Musée Juif de Berlin de Daniel Liebeskind. Mais qui pour se soucier de cette impiété aux mânes de Gull, kidnappés à des fins trompeuses?

 

Pour leur extension, d’autres institutions ont choisi la voie moins risquée de la new wing, éprouvée dans les plus grands musées du monde comme la National Gallery of Art de Washington (Pei, 1968-1978), le Deutsches Historisches Museum de Berlin (Pei, 2007), la National Gallery de Londres (Venturi, Scott-Brown, 1991). En Suisse, le musée de Winterthur dessiné par Gottfried Semper a reçu une belle annexe dessinée par Guigon et Guyer (1993-1998). En ce moment-même le Kunstmuseum de Bâle et le Kunsthaus de Zurich planifient leurs extensions en face des maisons-mères: tandis que Bâle s’étend de l’autre côté de Sankt Alban Graben, le Kunsthaus de Karl Moser, déjà agrandi par Erwin Müller & Pfister (1973-1975), attend la mise en œuvre du projet de Chipperfield sur Heimplatz.

 

Le musée de demain

Avec une agglomération d’à peine 200.000 habitants, un canton de 476.000 habitants et les quelques 1.8 M° de nuitées annuelles, Genève n’est ni Londres, ni New York … Ville internationale certes, elle n’est pourtant qu’une ville de seconde importance. Le score annuel de visiteurs au Musée d’art et d’histoire atteint les 160.000 visiteurs par année, scolaires et va-et-vient du personnel inclus, score aisément franchi en trois mois par des expositions itinérantes (Toutankhamon, Titanic) de passage à Palexpo. Mais ici comme là on est loin des 4 M° du V&A, des 6 M° du MET et des 12 M° du Louvre.

 

Une fois restauré dans les règles de l’art, le Musée d’art et d’histoire peut redevenir l’objet de fierté, qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être, et l’écrin qui valorisera les collections locales et nationales aux côtés des chefs d’œuvre internationaux. Une fois retrouvée la conscience de la valeur du local, on pourra même envisager sereinement de restituer à la Villa La Grange (conformément aux dispositions testamentaires de William Favre) le Vénus et Adonis de Canova, retenu en otage, en guise de Victoire de Samothrace ! James Pradier aura alors une chance de sortir des réserves.

 

A ceux qui rêvent d’un musée mondial traversé par des hordes de visiteurs, d’«un lieu décloisonné et neuf», la réponse s’impose. Genève doit, comme en 1873, se donner les moyens d’un nouveau musée, ce «musée mondial de demain» qui ne se fera pas en passant sur le ventre de Camoletti.

(Cet article a été rédigé pour le journal Alerte 131 http://www.patrimoinegeneve.ch/…/documents/pu…/alerte131...., organe de Patrimoine suisse, Genève http://www.patrimoinegeneve.ch/index.php?id=1928)

Pour d'autres infos voir la page MAH- : NON au "projet Nouvel" pour le Musée d'Art et d'Histoire https://www.facebook.com/agrandissementMAHnon

 

 

00:24 Publié dans Archi, Patri | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.