27/05/2015

MATERIEL/IMMATERIEL 40 ANS DE PARTIMOINE, 1970-2010

Le cahier double 21/22 de la revue de l'Office du patrimoine et des sites Patrimoine et Architecture vient de paraître aux éditions InFolio au mois d'avril 2015. La publication résulte d'un colloque international qui s'était tenu au Département d'histoire de l'art et de musicologie de l'Université de Genève en hiver 2010. Le propos de ce colloque était d'établir un point sur la question patrimoniale telle qu'elle s'est développée entre 1970 et 2010.

Lire la suite

10:09 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/05/2015

MAH-: NON au "projet Nouvel" pour le Musée d'Art et d'Histoire

COMMUNIQUE DE PRESSE

MAH plénière (59).JPG

MAH- Non au « Projet Jean Nouvel » pour le Musée d’Art et d’Histoire de Genève

Rassemblant des opposants de différents horizons culturels et politiques au "projet Jean Nouvel" pour le Musée d’Art et d’Histoire de Genève,

les administrateurs de la page Facebook MAH- https://www.facebook.com/agrandissementMAHnon
et du site Mahmoins http://mahmoins.simplesite.com/

entendent faire valoir des arguments en faveur de la restauration dans les règles de l’art du Musée d’Art et d’Histoire de Genève et prendre le contrepied d’une propagande sans limite propagée par tous les canaux et organes officiels et inofficiels.

Construit par Marc Camoletti, l’un de nos meilleurs architectes genevois du début du XXe siècle, le Musée d’Art et d’Histoire est un monument majeur du patrimoine genevois et national qui aurait dû figurer sur la liste des monuments classés depuis longtemps.

Contrairement à ce qu’assènent les partisans de ce projet, vieux de dix-sept ans, la coûteuse transformation qu’on entend lui faire subir, sous le label de « projet Nouvel », va, en occupant la cour, en disqualifier la distribution, la subtilité de l’éclairage et la respiration de l’architecture sans pour autant augmenter sensiblement les surfaces à disposition des actuelles collections. Il est par ailleurs déplacé d’invoquer ici quelque principe de réversibilité que ce soit, s’agissant d’un projet devisé à quelques 140 M° de frs. Enfin le Partenariat Public/Privé mis sur pied avec la Fondation Gandur revient à une inacceptable privatisation d’un patrimoine public.

Alarmé de façon plus générale par la désinvolture avec laquelle nos élus et nos représentants dans la Commission des Monuments, de la Nature et des Sites considèrent le patrimoine architectural auquel les Genevois sont attachés et gèrent son destin, MAH- entend marquer sa désapprobation à l’égard de projets outranciers et vulgaires qui dénaturent les monuments et le paysage urbain genevois.

MAH- Genève, le 12 mai 2015.