03/09/2016

Construisons au Salon Suisse de Venise

C'est l'auto-construction, l'architecture improvisée et spontanée, qui sont au centre du Salon Suisse du mois de septembre. Le droit à un logement décent doit être considéré comme un droit fondamental. Dans tous les pays du monde des tentatives se font jour pour mettre la main sur le champ protégé de la construction. De plus en plus d'individus cherchent à construire pour eux-mêmes à bas coûts. Les réseaux sociaux témoignent de toutes ces expérimentations et les encouragent particulièrement dans les pays émergents. Le très populaire mouvement des Tiny houses, né aux Etats-Unis, réinterprète la "hutte primitive" et revisite des modes de construction à la portée de chacun.

Après la Seconde Guerre mondiale déjà des tentatives de ce genre ont vu le jour, comme le mouvement des Castors en France. Différentes communautés de la génération hippie comme Christiania à Copenhague ou Montredon dans le Larzac se sont aussi distinguées par leur volonté de s'émanciper de la tutelle des entreprises de construction industrielle.


L'architecte franco-suisse Daniel Grataloup nous parlera du système de ciment projeté qu'il a breveté dans les années 1960' et avec lequel il a réalisé de nombreuses constructions dont le temple de Saint-Jean, classé au patrimoine chaux-de-fonnier, et d'étonnantes maisons, notamment les villas d'Anière et de Conches (1976). Après avoir été reconnu par le MoMa, Grataloup vient d'ailleurs de léguer son important fonds de maquettes et de dessins au Canton de Genève. Nous avons maintenant la certitude que ce magnifique fonds sera conservé dans le bâtiment Sicli aux Acacias.

100000000000079D000004A7A44058B8_1.jpg

Maison de Conches construite par Grataloup

Cette méthode constructive est très simple et à la portée de chacun. Joël Unal lui a d'ailleurs consacré un ouvrage intitulé Pratique du voile de béton en autoconstruction (1981). Grataloup va évoquer cette technique constructive le soir du 8 septembre dès 19h00 dans sa présentation intitulée Le canon à ciment dans l'auto-construction. Il animera deux ateliers de maquettes le vendredi 9 et le samedi 10 à 10h00 du matin qui permettront au public de comprendre comment fonctionne son système.

Architecte et designer égyptien, Ahmad Hamid a donné un titre intrigant à sa présentation 2 Design = ½ Cost + Beautiful2 qui aura lieu le vendredi 9 septembre à 19h00. Celui qui a au début de sa carrière collaboré pendant sept ans avec Hassan Fathy dans l'Institut de Technologie appropriée a par la suite développé divers types d'habitats basé sur les modèles vernaculaires du Fayoum et la brique crue. En utilisant d'anciens vocabulaires il a reformulé des alternatives économiques dans la construction et réinventé une relation authentique entre les maçons, les artisans et les architectes. Il a transposé cette manière de faire dans les différents domaines auxquels il a eu à faire.

AhmadHamid8.gif

Dessin de Ahmad Hamid présenté lors d'une exposition à AUC

Mariana Correia, architecte portuguaise, ancienne élève de Craterre, travaille en étroite relation avec l'Unesco et l'Icomos. Très active dans les pays émergents des cinq continents elle promeut la transmission des savoir-faire constructifs traditionnels qui seuls peuvent assurer la survie des communautés dans les meilleures conditions. Apprendre à respecter les techniques constructives traditionnelles est une garantie de maintenir la diversité culturelle face au rouleau compresseur d'une globalisation aveugle et d'assurer un développement durable pour l'humanité. Mariana prendra la parole le dernier soir, c'est-à-dire le 10 septembre à 19h00, dans une communication intitulée Local knowledge and capacity building through community engagement.

Le peintre égyptien Mohamed Abla fera écho au thème de l'auto-construction en peignant une fresque à la Giudecca. De renommée internationale et récompensé par de nombreux prix, Abla a créé un centre d'art au Fayoum dont il a construit lui-même les bâtiments en terre crue.

FullSizeRender.jpg

 Une oeuvre de Mohamed Abla

IMG_2949.JPG

Le peintre Mohamed Abla (de dos) devant le mur qu'il va peindre à la Giudecca

Pour ceux qui ne peuvent pas se rendre sur place au Palazzo Trevisan degli Ulivi, Campo S. Agnese, Dorsoduro 810, vaporetto Zattere ou Accademia, il y aura la retansmission online des trois soirées des 8, 9 et 10 septembre à l'adresse https://www.periscope.tv/hochparterre

 

Les commentaires sont fermés.