17/10/2016

En marge de la Quinzaine de l'urbanisme: Construire le trottoir!

On croyait l'heure des voies de circulation étranglées dépassée depuis les hauts cris hygiénistes du XIXe siècle! On pensait les échancrures et les espaces creux du tissu urbain comme des valeurs sûres et garantes d'une meilleure qualité de vivre la ville, surtout la Ville de Genève dense, pour ne pas dire étriquée. On savait les cours et patios urbains dénoyautés pour une meilleure circulation de l'air (mais faut-il encore parler d'air ou de CO2?).

Or, à quoi assiste-t-on présentement? Le dernier cri de l'urbanisme, c'est de construire sur le trottoir! De venir s'implanter dans le dégagement naturel d'un immeuble, boucher les vues, créer des promiscuités, détériorer une qualité de vie au demeurant déjà faible au vu des nuisances réelles que sont l'inégalable congestion du trafic (trans)-frontalier, la pollution réelle qui en résulte en termes de (nano)-particules et de décibels. Tandis que vient de se dérouler la quinzaine de l'urbanisme, comment obvier à ce genre d'égarements de la raison qui produisent des monstres?

Le-Sommeil-de-la-raison-engendre-des-monstres-Goya-libre-de-droits.jpg

 

 

14:35 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

De magnifiques exemples du côté de la future gare des Eaux- Vives,
un quartier densifié au-delà du raisonnable en moins de trois ans.

Écrit par : Otto Matthik | 18/10/2016

Les commentaires sont fermés.