07/05/2017

La rade ou Macron?

Il est certes peut-être difficile pour la RTS de faire la pesée des intérêts entre l'actualité internationale brûlante des présidentielles françaises et celle non moins brûlante du patrimoine genevois. Renaud Malik a tranché dans le vif par téléphone trois-quarts d'heure avant une intervention prévue depuis quelques jours dans l'émission Forum vers 18h30 pour donner un point de vue patrimonial concernant la Rade de Genève: "Etes-vous déjà partie? Nous n'aurons pas le temps de parler du sujet, seulement 4 à 5 minutes (au lieu des 7 minutes prévues initialement) en raison des résultats de l'élection présidentielle française qui sont en train de tomber ... Mais c'est partie remise ... plus tard ... dans la semaine." Comment interpréter la chose à chaud?


 

18320622_266235557117655_2875993972563651375_o.jpg

@ Bjorn Arvidsson

L'invitation faite par téléphone quelques jours auparavant par le même journaliste était une occasion à ne pas manquer, une occasion de se faire entendre ailleurs que sur Radio Cité ou dans Le Courrier, rares médias dont nous avons compris qu'ils étaient des tribunes libres. De faire entendre quoi, au juste? Une voix discordante, la voix des Neinsager, qui plaident une cause idéale en sacrée perte de vitesse, celle du patrimoine, de ses qualités et de sa conservation dans les conditions les plus optimales. Cette voix-là et celles et ceux qui la défendent savent qu'ils ont tout à perdre ou, pour le moins, rien à gagner. Pas de plus-value, pas de dividendes, pas de bonus, pas de gratifications ... nada! Pire, se faire mal voir par les (démocratiquement) élus qui ne défendent pourtant pas nos intérêts, les (tout-puissants) milieux de l'immobilier, gros contribuables du Canton qui font la pluie et le beau temps, etc.

Mardi on vernit le résultat du concours d'idées La Rade lancé par notre jeune édile (plus jeune que Macron!), Guillaume Barazzone. Les 7 minutes supposément relatives à la Rade comme patrimoine devaient prendre place avant l'annonce des résultats dudit concours, soit l'avant-veille. On se met encore d'accord par téléphone avec le journaliste trois heures auparavant. L'affaire roule ... Jusqu'à ce que l'information soit diffusée sur la page Facebook de Contre l'enlaidissement de Genève

https://www.facebook.com/Contre-lenlaidissement-de-Gen%C3...

pour donner in extremis un peu de retentissement à la chose. Alors très vite, un premier coup de fil, puis un second du même Renaud Malik. La présidentielle française, les résultats qui tombent, nous n'aurons que 4 à 5 minutes, pas assez. On reporte.

Mais 4 à 5 minutes c'est bien assez pour donner les arguments-clés, si les thézards des Zuniversités exposent leur thèse en 180 secondes. En 300 secondes il était possible de redire l'importance de ce site exceptionnel qui s'est sédimenté sur près de deux siècles et qu'on s'apprête peut-être à (mal)traiter comme n'importe quel lieu qui serait à bâtir, en devenir, parce qu'encore en friche, en jachère, inexploité. En 300 secondes nous aurions pu réexpliquer les protections (plan de site, inventaire ISOS) qui, au sens de la loi, empêchent le n'importe quoi. En 300 secondes la cause des belles villes historiques européennes aurait pu être plaidée. Mais ces 4 à 5 minutes nous ne les aurons pas cette fois. Macron est la prétendue priorité du jour!

Il est assez ironique que Macron s'immisce entre nous et notre patrimoine et notre culture! Quoi qu'il arrive, Macron jeune, beau, intelligent, passera ... tandis que la Rade lui survivra, et, soyez assurés, Cher-e-s Lecteurs-trices de ce billet d'humeur, que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour qu'elle lui survive dans les meilleures conditions.

 

18:57 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

On en saura donc pas plus...
Mais je me réjouis de revenir. Car la Rade, m'intéresse beaucoup.

Écrit par : Pierre Jenni | 07/05/2017

Les commentaires sont fermés.