13/12/2018

Le patrimoine bâti entre le marteau de la croissance et l’enclume du basculement du monde

Sur une planète finie, étranglée par la financiarisation, mais dont les ressources s’épuisent, quelle place donner au patrimoine bâti ? Petit pays chéri des dieux, assis sur sa légendaire réputation de paysage alpestre et de Heidiland, la Suisse n’échappe pas aux convoitises qui se sont globalisées. Elle s’en ressent d’autant plus que son territoire est petit et, plus visiblement que d’autres, sujet à l’encombrement. Conscients de ce problème, les Jeunes Verts suisses ont déposé l’initiative Stop mitage, sur laquelle nous allons voter le 10 février 2019, dont les slogans-clefs dénoncent notamment « la croissance incontrôlée du béton » (soit bétonnage) et plaident en faveur de la protection des paysages et de la préservation des terres agricoles. L’Office fédéral de la Culture de son côté, en la personne du président de la Confédération, Alain Berset, a pris l’initiative de la très intéressante Déclaration de Davos, Vers une culture du bâti de qualité pour l’Europe, ratifiée par les ministres européens de la culture au début de l’année 2018 et les instances internationales de protection du patrimoine que sont notamment l’UNESCO, ICOMOS, l’ICCROM, le Conseil de l’Europe. Cette déclaration pointe l’importance de la conservation de la qualité de l’environnement bâti, qui se délite partout en Europe, et « se manifeste par une banalisation du bâti, une absence de valeurs en matière de conception, un manque d’intérêt pour la durabilité, un étalement urbain anonyme, une utilisation irresponsable du sol, une détérioration du tissu historique et un déclin des identités et des traditions régionales »[1]. Dans les deux cas on comprend que la question de la protection du patrimoine est replacée dans un débat plus large qui est celui de l’aménagement du territoire. Car nombreuses sont les questions soulevées aujourd’hui, en Suisse et ailleurs, au vu de la multiplication exponentielle des constructions et infrastructures nouvelles : quelle pesée d’intérêts entre conservation du patrimoine et développement, selon l’idiome consacré ? Jusqu’où élargir la notion de patrimoine hic et nunc, alors que se joue, non seulement l’avenir de nos villes historiques et de nos paysages, mais aussi parallèlement celui de notre planète, mise en danger par des décennies de développement [sic], densification, en d’autres mots exploitation exagérée et parfois sauvage des territoires et des ressources naturelles ?

Patrimonialisation : bref rappel

La notion de patrimoine, telle qu’établie par le monde occidental, repose sur un postulat de départ qui affirme que sa conservation est une nécessité vitale pour l’humanité. Tous les textes fondateurs en matière de conservation du patrimoine tablent sur le fait que la sauvegarde du passé est nécessaire à la construction de l’avenir, que l’identité s’érige sur l’héritage, que le legs des générations d’hier nourrit celles de demain. Que la notion de patrimoine ait surgi, selon les auteurs, dans la Rome de Léon X[2], au lendemain des troubles iconoclastes liés au protestantisme ou lors des insurrections de la Révolution française, elle est véritablement portée sur les fonts baptismaux suite à des destructions brutales, massives et traumatisantes.

Si le XIXe siècle a été le grand siècle du réveil des sensibilités à l’égard du patrimoine monumental, le XXe siècle semble avoir été celui de la patrimonialisation à tout crin : aux sociétés savantes d’antiquaires et d’érudits succèdent des associations dont la raison sociale est la protection du patrimoine. En Suisse, à l’aube du XXe siècle se constitue la Ligue pour la Beauté à l’instigation de l’artiste peintre Marguerite Burnat-Provins, devenue en 1905 le Heimatschutz avec ses sections cantonales[3], association toujours active à l’échelon national et aujourd’hui connue sous le nom de Patrimoine Suisse dans les cantons romands.

Au plan international les plus significatives institutions qui naissent au lendemain des ravages de la Seconde Guerre mondiale, comme l’UNESCO (1945) et l’ICCROM (1956)[4] ont pour mission d’encadrer les multiples et parfois gigantesques opérations de reconstruction entraînées par les catastrophiques démolitions causées par les bombardements de centres historiques comme Dresde ou Varsovie. L’ICOMOS[5], créé en 1965, après l'adoption de la Charte de Venise[6], se fixe comme première tâche de promouvoir la doctrine et les techniques de la conservation. L’année 1972 voit surgir la Convention du Patrimoine mondial, qui place au niveau global un nouvel inventaire des Merveilles du monde en réunissant les notions de protection de la nature et de préservation des biens culturels. Généré par le sauvetage des monuments de Haute-Egypte, suite à la création du barrage d’Abu Simbel (1964), cette catégorie universelle connaît un engouement inattendu, devient une sorte de label dont l’obtention provoque un appel d’air touristique, à la fois recherché et dangereux pour la préservation-même des éléments exceptionnels identifiés.

Si le nombre croissant d’institutions, d’associations, de dispositifs et de formations traduit durant le XXe siècle le regain d’intérêt pour différentes formes de patrimoines, les injonctions qui en émanent ne sont encore dans la plupart des cas que prescriptives. A la différence d’une jurisprudence, la doctrine en matière de conservation du patrimoine n’est qu’un arsenal de codes de bonne conduite auquel nul n’est obligé de se plier, à moins que des mesures légales contraignantes ne soient prises subséquemment. Or, quelle que soit la valeur des objets et sites patrimonialisés, l’ère globale du monde et la financiarisation qui l’accompagne, ne font trop souvent que peu de cas de prescriptions qui enjoignent à préserver et restaurer des biens culturels, aussi emblématiques soient-ils au niveau local, régional, national ou global. Sauf si des mesures strictes de protection, telles que classements ou inscriptions à l’inventaire, aboutissent au terme de procédures souvent longues et compliquées, qui nécessitent le bon vouloir des états, régions, communes ou municipalités concernées. Mais on comprend aussi qu’un pouvoir immobilier occulte, qui, en Suisse comme ailleurs, se cache derrière les politiciens, a trop souvent raison de justes décisions à l’égard du patrimoine[7] !

La sacro-sainte pesée d’intérêts

« Peut-être faut-il rappeler que dans toute société le patrimoine se reconnaît au fait que sa perte constitue un sacrifice et que sa conservation suppose des sacrifices » [8]. La petite phrase la plus célèbre de l’article de Jean-Pierre Babelon et André Chastel, La notion de patrimoine, publié dans la Revue de l’Art (1980) pose entre les lignes la question de la pesée d’intérêts. Défendre la cause du patrimoine bâti ou naturel, dont la perte pourrait être ressentie comme une privation, est une démarche idéale qui implique qu’une société soit à même de se rallier autour de prérequis culturels communs. Cependant l’époque actuelle, traversée de courants contraires, rend plus simple de s’entendre sur le nouveau Veau d’or qu’est l’argent que sur les valeurs mémorielle, historique, esthétique, artistique, environnementale, etc. qui qualifient le patrimoine. Ce sont la plupart du temps les autorités qui sont amenées à trancher le crucial dilemme entre développement et conservation. Et l’on taxe encore (mais jusqu’à quand ?) les conservateurs de passéistes, tandis qu’ils sont certainement les nouveaux prophètes du basculement du monde.

Dans une fuite en avant pré-apocalyptique, l’adage « Quand le bâtiment va, tout va » ne s’est jamais aussi bien porté. A la faveur de taux hypothécaires très bas, et à cause du faible revenu dégagé par des intérêts bancaires en berne, les (ex-)régies d’état, comme les CFF, caisses d’assurances et de pensions, investisseurs … s’en donnent à cœur joie. Opportunité fait loi : partout poussent des logements, des infrastructures, des bureaux … Dans ce contexte les plateaux de la balance qui soupèsent les intérêts penchent plus souvent qu’à leur tour en faveur du développement. Il n’est pas un jour qu’on n’apprenne dans les médias ou par les réseaux sociaux la disparition d’éléments patrimoniaux, chers aux habitants d’un quartier ou d’une ville.  Défendue becs et ongles par Le Collectif de défense de la Maison Mauresque et de son parc-jardin, l’emblématique maison mauresque de Pessac[9] fut finalement détruite pour faire place à un projet immobilier. Malgré la forte mobilisation du Dr Albert Montané et les arguments avancés, rien n’y fit.

De tels exemples sont actuellement légion dans tous les pays du monde et a fortiori en Suisse, pays stable et attractif pour les investisseurs. Face à l’envol du prix du m2, le patrimoine bâti et paysager sont d’encombrants témoins d’un autre âge. Leur élimination libère de lucratifs terrains redevenus « vierges ». Frappés de cécité et d’amnésie face à l’héritage historique, les acteurs de la promotion immobilière néo-libérale soutiennent une croissance de plus en plus contestable, mais que les affairistes continuent d’appeler de leurs vœux. Par là-même ils scient, parfois même sans s’en rendre compte, les branches sur lesquelles ils sont assis : beauté des paysages urbains ou naturels, charme de sites d’exception, cohérence des implantations (sub)urbaines, aménité « du tissu historique […] des identités et des traditions régionales »[10]. A propos de cette pesée d’intérêts à sens unique et préjudiciable au patrimoine que revendiquent les « gens » (et non pas les spécialistes), il y a vraiment lieu de se questionner à l’heure actuelle.

Un schisme dans le champ du patrimoine

Une autre pesée d’intérêts, larvée, plus pernicieuse et plus difficile à établir et à contrer, s’exerce aussi au sein même des acteurs du champ patrimonial bâti. Depuis une trentaine d’années la défense du patrimoine a ses ennemis intérieurs. Ceci est imputable au suivi de la plus récente des ONG significatives en matière de préservation du patrimoine, Docomomo créée en 1988 à l’instigation de deux architectes néerlandais, Wessel de Jonge et Hubert Jan Henket, pour la documentation, la valorisation et la protection de l’architecture, de l’urbanisme et des paysages du XXe siècle. Cette dernière-née marque clairement la mainmise du lobby des architectes sur le patrimoine et leur volonté de valoriser le béton considéré jusque-là comme la cause de tous les dégâts occasionnés au patrimoine historique. Babelon et Chastel n’affirment-ils pas au début des années 1980 : « En moins d’un demi-siècle la masse de la bâtisse française a doublé ; le fonds de pierre et de brique est cerné, souvent noyé, toujours « déclassé » par le béton. »[11] La portée du clivage entre adeptes de l’architecture ancienne (archéologues, historiens, historiens de l’art, etc.) d’une part et adeptes l’architecture moderne (architectes, ingénieurs, etc.) entraîné par l’effet Docomomo n’a été qu’injustement mesurée à ce jour.

Suite à ce hold-up, les « Docomomophiles », priorisant l’architecture du XXe siècle, entreprennent leur propre croisade patrimoniale, divisant le champ du patrimoine bâti pour valoriser d’abord celui de l’architecture moderne et contemporaine. Des formations spécialisées consacrent la scission entre « patrimoine moderne et contemporain » d’un côté et « tout le patrimoine bâti » de l’autre. L’exemple genevois est symptomatique à cet égard. Le Département d’histoire de l’art de l’Université de Genève met en place un Diplôme d’Etudes spécialisées supérieures en Conservation du patrimoine et Muséologie, tandis que l’Institut d’architecture de l’Université (IAUG), invente peu après son Diplôme d’Etudes approfondies en Conservation du patrimoine moderne et contemporain. La concurrence entre les deux formations se résout par une équation simpliste qui accentue le schisme :  les « lettreux » se forment en Lettres, les architectes à l’IAUG.

Tandis que la devise de la première Année Européenne du Patrimoine (1975), lancée par le Conseil de l’Europe, clamait « Un avenir pour notre Passé », ce qui traduisait parfaitement un intérêt pour l’architecture et les biens culturels hérités d’autrefois, forte de son expertise toute nouvelle en matière de patrimoine contemporain, la nouvelle intelligensia du patrimoine impose sans discussion le motto « Construire le patrimoine de demain », un slogan qu’on imagine né du narcissisme d’un cerveau limbique. Faire-valoir les réalisations de notre époque au titre de « patrimoine de demain », est une supercherie. Cela revient à les soustraire au jugement des générations futures. Cette présomptueuse dérive s’appuie sur une évidente contradiction interne : nul n’est raisonnablement à même de prédire aujourd’hui ce qui fera patrimoine demain. En toute logique et en s’appuyant sur la définition établie ici d’entrée de jeu, le choix du patrimoine de demain incombe aux générations à venir. Dans les faits, le maniement perfide de ce slogan suffit parfois pour légitimer le sacrifice du patrimoine d’aujourd’hui. On comprend donc que, sans se questionner un instant sur l’absence de limpidité déontologique de leur démarche, les architectes contemporains ont fait main basse sur la notion de patrimoine en la détournant complètement de son acception originelle. Comment combler maintenant le fossé qui s’est ouvert entre le patrimoine bâti des uns et le patrimoine bâti des autres ?

Quel patrimoine pour l’après basculement du monde ?

Rester fixé sur la seule préservation du patrimoine bâti ne fait plus beaucoup de sens aujourd’hui, au rythme où se modifie notre cadre de vie et à la cadence de marche forcée où évolue notre planète. Qui ne s’est appitoyé sur les misérables conditions de survie, dans un environnement absolument dégradé, d’un patrimoine, de quelque époque qu’il soit, pourtant tout ce qu’il y a de plus restauré dans les règles de l’art ?

Dans la Convention pour le patrimoine mondial de 1972, l’UNESCO envisage déjà, avant d’inventer la catégorie du patrimoine immatériel, de prendre en compte diverses sortes de biens patrimoniaux, tels que biens immobiliers, sites naturels ou paysages culturels. Cantonné dans le registre muséal des valeurs exceptionnelles, le principe qui concilie la conservation des sites culturels et celle des sites naturels […] vise à protéger « les lieux, les paysages et les sites historiques les plus extraordinaires pour le présent et l’avenir de toute l’humanité »[12]. L’Unéscoïsation du monde a ses détracteurs et nous ne savons plus très bien si notre planète a encore un avenir devant elle. Toutefois cet élargissement du champ patrimonial anticipe une vision de conservation holistique, non pas seulement « de la cathédrale à la petite cuillère[13] », comme l’avait si bien décrit Natalie Heinich, mais du chalet aux abeilles en passant par les anciennes friches industrielles, surprenants résevoirs de biodiversité dans les villes …  

Les travaux du Club de Rome et la première prise de conscience écologiste proclamée dans les années 1970 ont coïncidé avec une large prise de conscience en faveur du patrimoine bâti et naturel. Les circonstances liées au néo-libéralisme agressif des années 1980-2010 ont mis sous le tapis l’ensemble des problèmes cruciaux qui avaient été soulevés dans le rapport Meadows[14], intitulé en français Halte à la croissance ! Partout à travers le monde, les Verts se sont enlisés dans de glauques méandres, pris dans les filets des droites ultra-libérales. L’alarme est tirée maintenant par la jeune génération qui a à se débattre avec la gestion de l’héritage forgé  par l’irresponsabilité de ses aînés, un héritage impossible à répudier. En ce sens l’initiative Stop mitage des Jeunes Verts Suisses nous rappelle que bétonnage rime encore pour le commun des citoyens (et, sauf exception, pour beaucoup d’initiés) avec dégradation de l’environnement, ce que la Déclaration de Davos nomme sous les termes de « banalisation du bâti », « absence de valeurs en matière de conception », « manque d’intérêt pour la durabilité », « étalement urbain anonyme », « utilisation irresponsable du sol ».

Pour passer à la vitesse supérieure de la conservation des patrimoines immobilier, naturel,  environnemental et vivant, il importerait à présent de rétropédaler ou, à tout le moins, de stopper tout ce qui, sous couvert de développement, implique encore des destructions, des abattages, des nettoyages, des éradications. Ce n’est pas dans ce sens que souffle le vent si l’on songe aux dispositifis de densification mis en place un peu partout sous le vocable de Grand je ne sais quoi ou de Grand n’importe quoi : dans une attitude de suivisme très provinciale Genève a emboîté le pas au Grand Paris en ahanant une vision complètement dépassée d’un Grand Genève. Adopté en 2013, le Plan directeur cantonal 2030, table sur une densification correspondant à la venue de quelques 100.000 personnes supplémentaires, ce que les stastitiques sont du reste en train d’infirmer. Ce plan directeur est un plan destructeur. Le patrimoine, la nature, les sites, la biodiversité passent à la trappe, le territoire est gaspillé, tandis que s’augmente le scandaleux parc immobilier de locaux vides qui cherchent preneur. Toutes choses qui vont diamétralement à l’encontre de la Déclaration de Davos.

Nouveaux vecteurs des prises de conscience populaires, les pages des réseaux sociaux sont le meilleur reflet du bon sens des « gens » qui se voient dépossédés de leur cadre de vie et de leur patrimoine, au sens très large qu’il doit recouvrir aujourd’hui. Innombrables sont les pages de doléances de mouvements[15] et de mobilisations en faveur de patrimoines qui représentent des lueurs d’avenir et de véritable renaissance, pour sortir des impasses où nous ont conduits et nous conduisent encore les affairistes de la (post ?-) modernité ultra-libérale. Les pages et liens internets relatifs à feue la Maison Mauresque de Pessac, finalement rasée par Nexity pour y construire des immeubles, résument toute la misère et l’injustice d’une fin de civilisation, perdue entre le marteau de la croissance et l’enclume de basculement du monde, comme les lignes qui suivent le font entendre : « Nous sommes un collectif de citoyens et d'associations réunis pour préserver de la destruction la Maison Mauresque de Pessac et son parc-jardin, qui pour nous sont comme un bijou dans son écrin de verdure, derniers rescapés du Domaine du Château de Saige Fort-Manoir, témoignage de ce qu'était encore Pessac quand Claude Saint-Orens la nommait "la perle des banlieues", oasis au milieu de la cité HLM avec ses 8 tours de 18 étages, ses barres d'immeubles, ses parkings, le bruit et la fureur de la circulation automobile et des embouteillages d'un grand rond-point et de ses avenues, de la rocade avec la bretelle de la route d'Arcachon et du pays Basque, un poumon au milieu de la pollution ! […] Elle est vraiment exceptionnelle dans ce quartier d'habitat social, une fleur au milieu du béton, et les habitants y sont très très attachés. »[16]

L’urgence dans laquelle nous nous trouvons à présent pour sauver nos conditions de vie sur une planète finie impose de redire de manière définitive Halte à la croissance en protégeant sans discrimination tous les types de patrimoines bâtis, culturels, artistiques, naturels, dont nous avons hérités. Et particulièrement ceux que les populations reconnaissent comme des « fleurs au milieu du béton ».



[1] Déclaration de Davos, p. 3, https://davosdeclaration2018.ch/media/Brochure_Declaration-de-Davos-2018_WEB_2.pdf, consulté le 10 novembre 2018.
[2] Leïla el-Wakil, « Antique versus moderne au début du XVIe siècle à Rome : la lettre à Léon X », ds. El-Wakil L., Pallini S., Umstätter-Mamedova L., Etudes transversales. Mélanges en l’honneur de Pierre Vaisse, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2005, p. 47-58.
[3] Diana Le Dihn, Le Heimatschutz, une ligue pour la beauté. Esthétique et conscience culturelle au début du siècle en Suisse, Histoire et société contemporaines, Lausanne, 1992.
[4] ICCROM, acronyme pour Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels, né de l’urgence de reconstruire des biens culturels détruits. Ce réseau international d’experts se rallie autour de l’enseignement des pratiques de restauration du patrimoine.
[5] ICOMOS, acronyme pour Conseil international des monuments et des sites.
[6] Charte internationale sur le Conservation et la Restauration des Monuments et des Sites (Charte de Venise 1964) 
[7] Un récent scandale touchant l’un des Conseillers d’Etat genevois et largement relayé dans la presse fait état de la collusion entre pouvoir et milieux immobilier, ce qui pourrait bien n’être que la pointe d’un iceberg : https://www.letemps.ch/suisse/amis-libanais-pierre-maudet-developpent-un-projet-immobilier-proximite-laeroport, consulté le 1 décembre 2018 ; https://www.lematin.ch/suisse/pierre-maudet-projet-immobilier-jeu/story/14889213, consulté le 1 décembre 2018.
[8] Jean-Pierre Babelon, André Chastel, La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994, p. 101
[9] https://www.sudouest.fr/2017/07/07/video-pessac-la-villa-mauresque-demolie-ce-vendredi-matin-3598112-3034.php, consulté le 1 décembre 2018 ; https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux/avantapres-c-est-fini-villa-mauresque-pessac-1293637.html, consulté le 1 décembre 2018.
[10] Déclaration de Davos
[11] Jean-Pierre Babelon, André Chastel, La notion de patrimoine, Paris, Liana Levi, 1994, p. 91.
[12] La Convention du patrimoine mondial, https://whc.unesco.org/fr/convention/, consulté le 1 décembre 2018.
[13] Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France », 2009.
[14] Donella Meadows, Jorgen Randers, Dennis Meadows (2002), Limits to Growth, traduit par Halte à la croissance? Le club de Rome présenté par Janne Delaunay. Rapport Meadows. Ed. Fayard, Ecologie, 1972.
[15] La page Facebook Contre l’enlaidissement de Genève a été créée il y a un peu plus de deux ans pour dénoncer les atteintes portées au patrimoine bâti et paysager ainsi qu’à la biodiversité du Canton, https://www.facebook.com/contrelenlaidissement/, consulté le 12 décembre 2018.
[16] http://www.sppef.fr/2017/06/16/la-maison-mauresque-de-pessac-gironde-une-fleur-au-milieu-du-beton-pour-combien-de-temps/, consulté le 1 décembre 2018.

 

21/10/2018

Plaidoyer pour un dézonage

Le premier découpage du territoire genevois en zones remonte au début des années 1920 à l'occasion de la création du Bureau du Plan d'extension, qui emboîte le pas à la théorie moderne de l'urbanisme de zonage, lequel vise prioritairement à éloigner les nuisances industrielles des quartiers d'habitation. A Genève ce zonage s'affine et se consolide dans les années 1950 avec pour préoccupation majeure la protection de la zone agricole, dont on perçoit, plus que partout ailleurs, la fragilité et l'importance.

Rien ni personne n'a depuis fondamentalement remis en question le système des zones, qui s'est précisé avec la zone dite aujourd'hui 3B de dévelopement, située dans la couronne urbaine de la Ville de Genève. De plan directeur en plan directeur, les urbanistes ont ressassé, aux cités-satellites près, les contours fixés au début des Trente Glorieuses sans intégrer à sa juste mesure -ce qui est une criante évidence aujourd'hui-, la dimension patrimoniale qui se cristallise véritablement à la fin des années 1960'. Jusqu'à la rupture d'anévrisme du Plan Directeur cantonal 2030, à propos duquel la population n'a jamais été amenée à se prononcer, et qui marque non pas le début d'"une mue" (euphémisme politicien), mais celui d'un attentat contre Genève, comme une attaque à l'acide sur un beau visage.

Lire la suite

04/03/2018

Situation de crise: le grand schisme

Les tensions qui agitent Genève autour du devenir de ce qu'il lui reste de territoire et de patrimoine résultent de profondes divergences de vues entre ses différents acteurs. La population d'une part qui endure des décisions entérinées par ses représentants, dont on constate à présent, à la veille des élections d'avril 2018, qu'ils ne la représentent que très imparfaitement; le politique (pour employer un terme générique) d'autre part et les différents milieux de l'immobilier, qui constituent dans notre canton un lobby très puissant, parfaitement introduit dans les différentes sphères du pouvoir. Dès lors les habitants usent de tous les moyens à leur disposition pour alerter, ralentir, voire stopper l'élan irréfléchi impulsé par le Plan Directeur Cantonal 2030, dans la frénésie duquel se sont précipités promoteurs et financiers.

Lire la suite

06/02/2018

La fondation qu'on ne nomme pas tue les Feuillantines

La propriété des Feuillantines faisait partie du patrimoine immobilier de l'ONU jusqu' à la fin de l'année 2017. Ce domaine créé par la famille Duval vers 1880, puis passé entre le mains de la famille de Morsier, enfin racheté par l'ONU en 1937, a abrité un nombre important de personnalités de premier plan. Son architecture et l'écrin de verdure qui lui sert de parc vont néanmoins être, de façon tout à fait inexplicable, sacrifiés sur l'autel de la Cité de la Musique. A moins d'un coup de théâtre de dernière minute. Car une demande de classement du domaine des Feuillantines a été déposée par le mouvement citoyen "Contre l'enlaidissement de Genève".

Comment en est-on arrivé là et avec quels appuis? La Fondation Wilsdorf, fondation qu'on ne nomme pas (on se croit en plein polar), finance à hauteur de 200.000 M° le projet de la Cité de la Musique et, par ricochet, la démolition d'une pièce majeure de l'échiquier patrimonial genevois. Et cela en toute légitimité et impunité et ... en roulant des mécaniques! Un cas exemplaire de la dérive de nos institutions?

feuillantines photo ancienne.jpg

Photo archives Droin

Lire la suite

15:44 Publié dans Archi, Patri | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : feuillantines, fondation wilsdorf, cité de la musique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/11/2017

Autopsie du dossier du Jeu de l'Arc

Ce sont au moins quatre demandes de classement qui ont été ou sont sur le point d'être envoyées au Conseil d'Etat concernant le bâtiment du Jeu de l'Arc, n° 43 F, route de Chêne. Ces demandes suivent une pétition de plus de 1500 signatures en faveur du maintien du bâtiment, balayée d'un revers de main ministériel. La demande en démolition du bâtiment quant à elle a été autorisée formellement le 2 novembre 2017 par le Département de l'Aménagement, de l'Equipement et du Logement (DALE). Nous sommes présentement dans le délai de quatre semaines pendant lesquelles il a toujours été possible de recourir contre une démolition ou d'effectuer une demande de classement de sauvetage d'un bâtiment. L'autopsie du dossier permettra au lecteur de mieux comprendre pourquoi on se retrouve dans un tel imbroglio.

Lire la suite

12/07/2017

Vous m'en mettrez 20%

Entrepris en septembre 2015 par le Département de l'Aménagement, de l'Equipement et du Logement, le Recensement architectural du Canton (RAC) prétend recenser sur l'entier des communes genevoises le patrimoine architectural digne d'intérêt. Plusieurs équipes d'historiens de l'art et d'architectes travaillent donc depuis bientôt deux ans pour ratisser le canton, visiter, photographier, documenter, renseigner, faire l'historique d'un très grand nombre de bâtiments qui étaient passés entre les gouttes des nombreux recensements et inventaires menés jusque là. Le budget nécessaire à cette entreprise si utile et si nécessaire est prélevé du fonctionnement de la Direction de l'Urbanisme, dont on se dit qu'elle a tout intérêt à connaître l'état détaillé du territoire et du bâti avant même de tracer la première ligne d'un plan d'aménagement quel qu'il soit.

Lire la suite

26/12/2016

A quoi sert le recensement architectural du Canton de Genève (RAC)?

Celles et ceux d'entre vous qui habitent les communes de Versoix, Meyrin, Grand-Saconnex, Vernier auront peut-être vu des équipes de recenseurs arpenter les rues, appareil de photo au poing, carnets en main. C'est que depuis septembre 2015 le Recensement Architectural du Canton (RAC) de Genève a commencé. Pour ce faire on a embauché tout ce que l'Université de Genève avait formé d'historien-nes du patrimoine sur les bancs du Département d'histoire de l'art, de la Sauvegarde du patrimoine bâti et du Master en Conservation du patrimoine. On y a même ajouté des collègues vaudois. Ce sont donc une vingtaine de personnes qui travaillent à ratisser le territoire genevois, à dénicher les perles rares et les documenter.

Lire la suite

03/09/2016

Construisons au Salon Suisse de Venise

C'est l'auto-construction, l'architecture improvisée et spontanée, qui sont au centre du Salon Suisse du mois de septembre. Le droit à un logement décent doit être considéré comme un droit fondamental. Dans tous les pays du monde des tentatives se font jour pour mettre la main sur le champ protégé de la construction. De plus en plus d'individus cherchent à construire pour eux-mêmes à bas coûts. Les réseaux sociaux témoignent de toutes ces expérimentations et les encouragent particulièrement dans les pays émergents. Le très populaire mouvement des Tiny houses, né aux Etats-Unis, réinterprète la "hutte primitive" et revisite des modes de construction à la portée de chacun.

Après la Seconde Guerre mondiale déjà des tentatives de ce genre ont vu le jour, comme le mouvement des Castors en France. Différentes communautés de la génération hippie comme Christiania à Copenhague ou Montredon dans le Larzac se sont aussi distinguées par leur volonté de s'émanciper de la tutelle des entreprises de construction industrielle.

Lire la suite

21/08/2016

Et vogue la galère

Pour la première fois l’Unesco vient d’admettre être pris au piège du patrimoine mondial. Un nombre important de sites repérés au titre de patrimoine mondial et pris d’assaut par les touristes sont en train de souffrir de leur succès touristique. Les îles des Galapagos et leurs tortues géantes ou le Thaïlande et ses bancs de coraux voient leur éco-systèmes déstabilisés. Plus près de nous, c’est Venise qui ploie sous le poids des grands navires qui continuent de traverser le canal de la Giudecca. Dans un rapport publié à l’occasion de la dernière assemblée internationale qui s’est tenue à Istanbul, on admet officiellement que le tourisme de masse va à l’encontre de la préservation du patrimoine mondial.

IMG_1968.JPG

Image de l'absurdité du monde

Lire la suite

01/07/2016

Ceci n'est pas un ensemble

Jamais la tension n’a été si vive entre défenseurs du patrimoine et du paysage urbain de la Ville et du Canton de Genève, qui défendent le respect du cadre bâti et paysager dans un but idéal et désintéressé, d’une part, et promoteurs immobiliers et propriétaires, qui âprement partent en procédures pour gagner m2 et loyers, d’autre part. La mise en place de la loi sur les surélévations en 2006 amendée en 2008, sans doute une grave erreur au vu des réalisations et tentatives qui prolifèrent sur tous les immeubles qui ne bénéficient pas d’une protection, a engendré une spirale qu’il semble difficile d’arrêter.

Lire la suite

18:32 Publié dans Archi, Patri | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : surélévations, genève, 14-16 route de florissant, domulor | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook