21/12/2008

Halte aux migrations de l'UBS

index.php?name=NewsPaper&file=article&sid=440998

On pourrait sans trop exagérer dire qu'un bâtiment sur quatre du centre ville de Genève est un établissement bancaire. Genève toutefois possède un quartier qu'on appelle le quartier des banques et qui remonte à la seconde moitié du XIXe siècle. Des beaux bâtiments fazystes à toiture Mansart, construits dans le périmètre situé entre le Grand Théâtre, le Rhône, la rue de la Corraterie et le boulevard Georges Favon, abritent encore plusieurs établissements bancaires. Le secteur Bel-Air-Corraterie offre a lui seul une importante concentration de banques et l'on y assiste depuis une vingtaine d'années à un étourdissant ballet de chaises musicales.

Le Crédit Lyonnais du quai de la Poste s'installa en 1876 dans l'ancien marché couvert transformé en nouvelle poste par Jacques-Louis Brocher dans les années 1840. Le premier siège de la Société de Banques Suisse fut construit au n° 6 de la Corraterie par Edmond Fatio en 1911-1912, à l'emplacement d'un tronçon de la rue de la Corraterie malheureusement tombé à l'occasion du percement de la rue du Stand. Maurice Turrettini construisit en lieu et place de la Maison des Trois Rois de Bel Air le siège du Crédit Suisse, conservé à son emplacement sous une carrosserie clinquante. Tout les quinquagénaires se souviennent encore du scandale suscité par la construction de la Caisse d'Epargne de la Corraterie (1968-1972), surnommée la Kaba; cette dernière, à laquelle on avait fini par s'habituer, vient de subir un rhabillage BCBG aseptisé pour le compte de BNP Paribas.

boule29.JPGL'histoire pleine de péripéties du parc immobilier de l'UBS au centre ville de Genève est une histoire qui mériterait d'être finement analysée. UBS résulte comme chacun sait de la fusion en 1998 de la Société de Banque Suisse et de l'Union de Banques Suisses. UBS se retrouve de ce fait à la tête d'un important patrimoine immobilier. Peu de temps avant la fusion la SBS, forte de son magnifique hôtel des banques angle rue de la Corraterie et rue de la Confédération, a procédé à d'importants travaux sur le n° 5 rue de la Corraterie, un immeuble de Marc Camoletti construit au début du XXe siècle à l'emplacement de l'ancienne Tour Thelusson.  Cette opération de la fin des années 1980 fit couler beaucoup d'encre. En effet les associations d'architectes et les défenseurs du patrimoine s'insurgèrent contre l'empaillage du bâtiment, dont on ne conserva que la façade derrière laquelle on construisit un bâtiment bancaire moderne doté de quatre niveaux de sous-sols pour les safes. A cette occasion le magnifique siège de la SBS sur la rue de la Confédération fut complètement remodelé; il perdit son splendide hall des guichets, morcelé et remplacé pour partie par le chocolatier Desplanches et pour partie par d'autres locaux commerciaux.

Les aléas récents font que l'UBS annonce vouloir se dessaisir de son siège de la rue de la Confédération, qui devrait être transformé en commerces.  Les bâtiments de la Corraterie devraient suffire. Mais on apprend que la banque lorgne aussi sur le côté pair de la rue, le bel alignement construit sur les plans de Guillaume-Henri Dufour et de Samuel Vaucher, sous la Restauration genevoise, comme une petite rue de Rivoli, résidentielle et commerçante. Avec ses belles arcades commerciales l'alignement a réussi à échapper jusqu'à présent à l'occupation bancaire. Contrairement au côté impair qui comprend notamment la maison devenue Lombard, Odier, Darier, Hentsch et Cie au n° 11, un ancien hôtel particulier du XVIIIe siècle amplifié et modifié au cours du XXe siècle et qui a conservé sa fonction d'hôtel bancaire jusqu'à nos jours.

Cette fébrilité du secteur économique pèse lourd sur le patrimoine genevois depuis l'époque des Trente Glorieuses. Les Genevois lui ont sacrifié leurs quais, leurs Rues Basses, leurs anciens grands magasins. Or le patrimoine architectural ne devrait en aucun cas être à ce point inféodé aux aléas de l'économie. En effet il se définit comme un héritage qui nous vient de nos pères et que nous avons le devoir moral de léguer à la postérité. A ce titre le côté pair de la rue de la Corraterie mérite qu'on en protège la forme et les activités qui s'y trouvent.

 

 

 

 

21:23 Publié dans Patri | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : patrimoine, banques, sbs, ubs, genève | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/09/2008

Eugène Viollet-le-Duc entre passion et raison

vld lausanne.jpg

 EVLD-annonce.pdf

 

Conférence organisée par

 

la Municipalité de Lausanne, l’Ambassade de France en Suisse, le Ministère de la Culture et de la Communication, la Société d’Entraide des Membres de la Légion d’Honneur et la Famille

 

avec

 

 Madame Leïla el-Wakil, Maître d’enseignement et de recherche, l’Université de Genève

Monsieur Robert Dulau, Conservateur en chef du patrimoine, Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris

 

Lundi 29 septembre 2008, à 11h00

 

Aula des Cèdres – Avenue de Cour 33 - Lausanne

10:28 Publié dans Archi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patrimoine, conservation monumentale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/07/2008

En marge de l'incendie de l'ancienne Ecole de Chimie

 
Pour une culture architecturale à Genève

 

Et maintenant que va-t-on faire ? Laissée à l’abandon derrière ses façades refaites (un cache-misère !), l’ancienne Ecole de Chimie a en quelques semaines fait l’objet d’une inondation, d’une effraction au tournevis ( !), et, le pire, d’un incendie dévastateur dont on n’a pas pris encore toute la mesure des implications sur la vie du bâtiment et sur celle des usagers.

Lire la suite

11:06 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : patrimoine, etat, culture architecturale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/06/2008

Le feu à l'ancienne Ecole de Chimie

incendie.html

237778

Triste jour pour les usagers de l'ancienne Ecole de Chimie! Le bâtiment sinistré par un incendie survenu dans la nuit du 29 au 30 juin. La toiture de l'aile arrière calcinée, la bibliothèque d'italien ruinée, les bibliothèques d'espagnol et d'histoire de l'art mouillées ainsi que l'importante diathèque. Ce matin les usagers se voyaient interdit l'accès à leur lieu de travail; d'aucuns pensaient avoir perdu des mois de travail.

Lire la suite

22:31 Publié dans Université | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : patrimoine, etat, entretien des bâtiments | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/05/2008

Le plus ancien amphithéâtre de Genève

L'ancienne école de Chimie, rebaptisée Bâtiment des Philosophes, du nom du boulevard qu'elle borde et depuis que les littéraires de l'Université de Genève s'y  sont installés, conserve encore son grand amphithéâtre d'origine. Cette importante pièce de la maison est toujours en usage pour les cours magistraux. Récemment elle a abrité la leçon d'adieu du professeur Mauro Natale, pleine à craquer pour la circonstance de tout ce que Genève compte d'historiens de l'art  et de gens de musées de place, désireux de rendre hommage à la tradition savante du connoisseurship, devenue genevoise depuis le professorat de Marcel Roethlisberger et poursuivie par notre jeune et brillant collègue, Frédéric Elsig.

Usé par plus d'un siècle de services ininterrompus, l'amphi de bois sombre craque de toutes ses jointures et trahit tant le retardataire qui essaie de s'installer en catimini que l'auditeur pressé de s'esquiver avant l'heure. L'entretien de la salle, comme l'entretien du bâtiment tout entier, laisse à désirer, même si l'on vient d'équiper le lieu des moyens de projection modernes (beamer, DVD, etc.), en principe au service des enseignants, à moins que ce ne soit le contraire! La technologie des éclairages et de l'obscurcissement de la salle, commandée par un tableau de bord digne d'un paquebot d'après-guerre, aux multiples et énigmatiques boutons et manettes, ne révèle au commandant ses secrets qu'après un long et patient apprentissage.

Le grand amphithéâtre est accessible depuis l'imposant palier supérieur de l'escalier d'honneur du bâtiment, garni de colonnes et de balustrades et décoré de faux marbres. Une porte monumentale s'ouvre sur deux petits escaliers latéraux jumeaux, qui dissimulent la vue de la salle et qu'il faut d'abord gravir, avant de parvenir aux gradins qui s'échelonnent rapidement et desservent les longs bancs à placet mobile qui hébergent, plus ou moins comfortablement, les postérieurs des ouailles. Le professeur est debout dans la fosse derrière un pupitre apocryphe muni d'un micro moderne.

Malgré ses imperfections actuelles, liées à son grand âge, le grand amphi alias Phil I est une salle dont il faut assurer la sauvegarde. Il s'agit en effet du plus ancien amphithéâtre universitaire genevois encore conservé dans un état qui est pratiquement celui d'origine, ce qui lui confère indiscutablement une valeur historique au sens riegelien du terme. L'auguste lieu a de plus conservé son usage, et, moyennant une restauration intelligente et sensible, nul doute qu'il puisse continuer d'offrir de bons et loyaux services aux générations à venir ... et même de rivaliser par son cachet remis en valeur avec les amphis de dernière génération d'UniDufour et d'UniMail.    

 

 

 

 

14:25 Publié dans Patri | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : patrimoine, université, amphithéâtre | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/05/2008

Le cimetière anglais de Malaga

 

604570568.JPG

Dans le quartier de Malagueta (à l’est de la ville de Malaga), un quartier de villégiature balnéaire qui s’est développé à la fin du XIXe siècle, on trouve encore, en voie de réaffectation, un ancien palace néo-mudéjar, transformé en palais de justice, un grand complexe résidentiel du début du XXe siècle d’allure classique, toujours habité. A l’arrière, ce qui au premier abord passe pour un parc un peu désordonné, entouré d’une grille envahie de bougainvilliers et d’hibiscus.

 

A l’angle sud-ouest du parc une loge d’entrée dans un style gothique victorien est gardée par deux lions sert aujourd’hui d’abri à la surveillante, une vieille lady britannique, qui tient boutique, vend des cartes postales et des citrons et fait un commentaire détaillé de l’histoire du lieu. Cette poche de verdure en broussailles est le premier cimetière britannique, édifié sur le sol espagnol en 1831, à l’intention des ressortissants britanniques et de tout pratiquant de confession autre que catholique-romaine, jusque là incinérés sur le bord de la plage. Le Consul britannique William Mark obtint en 1829 la concession de ce terrain par le gouverneur de Malaga.

 

Le terrain, en forte pente, fut aménagé comme un jardin botanique dans lequel les riverains pourraient venir se reposer: des espèces rares furent plantées. De la loge d'entrée, le chemin grimpe en direction d’une première esplanade sur laquelle prend place le « lodge-temple » (1836), de pierre rouge à colonnes doriques, dessiné dans le plus pur style palladien. De là, l’ascension continue en direction du sommet du cimetière, où gisent, parmi d’autres, les tombes couvertes de coquillages de jeunes enfants.1504831746.JPG

 

La variété des types de monuments funéraires évoque les divers styles classiques et gothiques. On trouve des obélisques, des colonnes tronquées et des urnes, des faces voilées, et les si particulières tombes recouvertes de coquillages.

 

Ce jardin des morts est à l’abandon et certains monuments sont au bord de la ruine. La luxuriante végétation méditerranéenne, qu’aucun jardinier n’a plus guère taillée depuis des décennies, envahit les allées et renverse les vieilles pierres fragiles. Le cimetière demeure cependant pour les riverains un nostalgique havre de verdure. On ne peut que souhaiter que dans la prospère ville de Malaga, qui remet vigoureusement debout son patrimoine architectural et paysager, on décide bientôt d’injecter un peu d’argent à la réhabilitation de l’exceptionnel cimetière anglais de Malaga.

 1349709033.JPG

 

 

 

16:39 Publié dans Patri | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : malaga, patrimoine, cimetière | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook