31/05/2008

Le plus ancien amphithéâtre de Genève

L'ancienne école de Chimie, rebaptisée Bâtiment des Philosophes, du nom du boulevard qu'elle borde et depuis que les littéraires de l'Université de Genève s'y  sont installés, conserve encore son grand amphithéâtre d'origine. Cette importante pièce de la maison est toujours en usage pour les cours magistraux. Récemment elle a abrité la leçon d'adieu du professeur Mauro Natale, pleine à craquer pour la circonstance de tout ce que Genève compte d'historiens de l'art  et de gens de musées de place, désireux de rendre hommage à la tradition savante du connoisseurship, devenue genevoise depuis le professorat de Marcel Roethlisberger et poursuivie par notre jeune et brillant collègue, Frédéric Elsig.

Usé par plus d'un siècle de services ininterrompus, l'amphi de bois sombre craque de toutes ses jointures et trahit tant le retardataire qui essaie de s'installer en catimini que l'auditeur pressé de s'esquiver avant l'heure. L'entretien de la salle, comme l'entretien du bâtiment tout entier, laisse à désirer, même si l'on vient d'équiper le lieu des moyens de projection modernes (beamer, DVD, etc.), en principe au service des enseignants, à moins que ce ne soit le contraire! La technologie des éclairages et de l'obscurcissement de la salle, commandée par un tableau de bord digne d'un paquebot d'après-guerre, aux multiples et énigmatiques boutons et manettes, ne révèle au commandant ses secrets qu'après un long et patient apprentissage.

Le grand amphithéâtre est accessible depuis l'imposant palier supérieur de l'escalier d'honneur du bâtiment, garni de colonnes et de balustrades et décoré de faux marbres. Une porte monumentale s'ouvre sur deux petits escaliers latéraux jumeaux, qui dissimulent la vue de la salle et qu'il faut d'abord gravir, avant de parvenir aux gradins qui s'échelonnent rapidement et desservent les longs bancs à placet mobile qui hébergent, plus ou moins comfortablement, les postérieurs des ouailles. Le professeur est debout dans la fosse derrière un pupitre apocryphe muni d'un micro moderne.

Malgré ses imperfections actuelles, liées à son grand âge, le grand amphi alias Phil I est une salle dont il faut assurer la sauvegarde. Il s'agit en effet du plus ancien amphithéâtre universitaire genevois encore conservé dans un état qui est pratiquement celui d'origine, ce qui lui confère indiscutablement une valeur historique au sens riegelien du terme. L'auguste lieu a de plus conservé son usage, et, moyennant une restauration intelligente et sensible, nul doute qu'il puisse continuer d'offrir de bons et loyaux services aux générations à venir ... et même de rivaliser par son cachet remis en valeur avec les amphis de dernière génération d'UniDufour et d'UniMail.    

 

 

 

 

14:25 Publié dans Patri | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : patrimoine, université, amphithéâtre | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook