10/05/2008

Le cimetière anglais de Malaga

 

604570568.JPG

Dans le quartier de Malagueta (à l’est de la ville de Malaga), un quartier de villégiature balnéaire qui s’est développé à la fin du XIXe siècle, on trouve encore, en voie de réaffectation, un ancien palace néo-mudéjar, transformé en palais de justice, un grand complexe résidentiel du début du XXe siècle d’allure classique, toujours habité. A l’arrière, ce qui au premier abord passe pour un parc un peu désordonné, entouré d’une grille envahie de bougainvilliers et d’hibiscus.

 

A l’angle sud-ouest du parc une loge d’entrée dans un style gothique victorien est gardée par deux lions sert aujourd’hui d’abri à la surveillante, une vieille lady britannique, qui tient boutique, vend des cartes postales et des citrons et fait un commentaire détaillé de l’histoire du lieu. Cette poche de verdure en broussailles est le premier cimetière britannique, édifié sur le sol espagnol en 1831, à l’intention des ressortissants britanniques et de tout pratiquant de confession autre que catholique-romaine, jusque là incinérés sur le bord de la plage. Le Consul britannique William Mark obtint en 1829 la concession de ce terrain par le gouverneur de Malaga.

 

Le terrain, en forte pente, fut aménagé comme un jardin botanique dans lequel les riverains pourraient venir se reposer: des espèces rares furent plantées. De la loge d'entrée, le chemin grimpe en direction d’une première esplanade sur laquelle prend place le « lodge-temple » (1836), de pierre rouge à colonnes doriques, dessiné dans le plus pur style palladien. De là, l’ascension continue en direction du sommet du cimetière, où gisent, parmi d’autres, les tombes couvertes de coquillages de jeunes enfants.1504831746.JPG

 

La variété des types de monuments funéraires évoque les divers styles classiques et gothiques. On trouve des obélisques, des colonnes tronquées et des urnes, des faces voilées, et les si particulières tombes recouvertes de coquillages.

 

Ce jardin des morts est à l’abandon et certains monuments sont au bord de la ruine. La luxuriante végétation méditerranéenne, qu’aucun jardinier n’a plus guère taillée depuis des décennies, envahit les allées et renverse les vieilles pierres fragiles. Le cimetière demeure cependant pour les riverains un nostalgique havre de verdure. On ne peut que souhaiter que dans la prospère ville de Malaga, qui remet vigoureusement debout son patrimoine architectural et paysager, on décide bientôt d’injecter un peu d’argent à la réhabilitation de l’exceptionnel cimetière anglais de Malaga.

 1349709033.JPG

 

 

 

16:39 Publié dans Patri | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : malaga, patrimoine, cimetière | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook