droits à bâtir

  • Supplique pour un "avenir (radieux)"

    Imprimer

    Tandis qu’affairés les camions remorques et les bétonnières sillonnent le canton de part en part, en maculant le bitume phono-absorbant de sable et de gravats, tandis que les grues claquettent en agitant leurs bras métalliques qui cliquettent, tandis que les entreprises générales, débordées, sous-traitent la tâche au sous-traitant qui brade le mieux les prix, on continue de nous assurer que l’avenir radieux est à ce prix. Pourtant la population, incrédule, souffre et gronde. Car, sous couvert de « mue », c’est au vandalisme le plus brutal qu’assistent impuissants les habitants dépossédés de leur territoire. De quelles perspectives d’avenir les remuements de terre d’un autre âge sont-ils porteurs? Quel rayonnement espère-t-on lucidement voir naître d’anciens quartiers décimés ? Quel récit crédible d’ « avenir radieux » ou d’avenir tout court véhiculer suite aux dévastations commises ?

    Il n’a a pas de mots trop forts pour qualifier la densification imposée d’en haut, dont les contours ont été dessinés par le Plan Directeur Cantonal 2030 (à propos duquel la population n’a jamais été appelée à se prononcer) et les moyens d’y parvenir. Les espoirs mis dans l’élection d’un Conseiller d’Etat du parti des Verts, que les électrices et électeurs pouvaient légitimement penser acquis à la cause environnementale, et qui par conséquent eût pu être le garde-fou d’une politique ultra-libérale portée par ses prédécesseurs, ont immédiatement été réduits à néant. Comment résumer ce chapitre genevois de la légendaire démocratie suisse après trente mois d’activité activiste, qui nous laissent un (dé)goût amer ?

    A chaque épisode son lot de pas de travers. A chaque dossier remis en question, sa fin de non-revoir et de non-recevoir. Aux démarches entreprises par les contestataires, les pétitionnaires, les référendaires et autres recourantes et recourants, la marche en crabe des décideurs et de leurs escouades juridiques. Comme chacun devrait bien le savoir, « la loi du plus fort est toujours la meilleure » ; le droit est du côté des promoteurs. Toute les tentatives d’oppositions sont déboutées, mises en pièces, retournées aux expéditrices. Les doléances arrivent trop tard, la CMNS n’est que consultative, le PLQ est adopté, les décisions sont prises, il y a eu pesée d’intérêts (toujours du même côté), vous n’avez pas la qualité pour agir, et si vous l’avez, c’est non quand même, l’argent est engagé, il y a des droits à bâtir. Jamais la vox populi n’aura pareillement été bafouée, jamais le peuple ne s’est senti autant largué par ses élites : abruti par toute cette violence, désespéré de la rapidité avec laquelle se meu(r)t son monde, il oscille entre abattement et tristesse lorsque tombent un à un les repères qui ont balisé son chemin (de vie).

    Le rythme des opérations s’est accéléré, tandis que Contre l’enlaidissement de Genève demandait un moratoire d’une année en 2017, le temps de mettre à plat tous les projets d’importance concernant le territoire genevois et de soupeser leur bienfondé. Rien à faire pour stopper ou ralentir l’effrénée machine immobilière. Chaque jour amène son lot de destructions et d’abattages au grand dam des riverains. Tandis que le martinet noir est en voie d’extinction sur notre territoire, on s’apprête à bétonner les rares et précieuses poches de verdure urbaines qui subsistent et que l’urgence climatique imposerait de conserver au titre de havres de biodiversité en symbiose avec une diversité architecturale qui détermine la qualité de notre tissu culturel.

    Bizarrement c’est l’évaluation même du patrimoine qui semble avoir du plomb dans l’aile. Alors qu’on devrait en toute logique ajouter à la valeur des bâtiments, leur valeur d’ensemble dans un quartier, la valeur de la végétation les accompagnant, on décrète qu’un arbre exceptionnel se mesure au périmètre de son tronc et qu’un bâtiment exceptionnel s’évalue au nom de son architecte. La sous-évaluation du patrimoine prémoderne de villégiature est inversement proportionnelle du prix du m2 constructible. Le Recensement Architectural du Canton (RAC), lancé en 2015, revoit à la baisse moult résultats de recensement antérieurs, notamment ceux du Recensement architectural de la périphérie urbaine (RAPU). Comment expliquer qu’un bâtiment perde de la valeur avec les années ? Comme les vins, le patrimoine s’est de tout temps bonifié avec le temps ; c’est ce qu’a démontré toute l’histoire des recensements architecturaux jusqu’à notre égarement actuel.

    Aux yeux de la loi l’urgence climatique devrait être le fait nouveau d’importance indiscutable à prendre en considération dans l’aménagement d’un territoire et la gestion de son patrimoine bâti, paysager, naturel, animal et humain. L’alibi du logement a eu bon dos pour légitimer le carnage du territoire. Plus personne n’est dupe que cet urbanisme d’affairistes n’a rien de philanthropique.  Logeons dans les presque 500.000 m2 de bureaux vides (les Genevois avaient voté pour), logeons dans les logements vides, favorisons l’échange de logements plutôt que de prendre en otages les locataires. Qui aujourd’hui pour décemment soutenir en son âme et conscience que la politique du bulldozer et la densification massive sont la promesse d’un avenir radieux, d’un avenir tout court ?

    Le coût humain des opérations de délogements a-t-il seulement été mesuré ? Qui peut s’arroger le droit de déplacer une partie de la population ? Par intimidation, par harcèlement parfois même. Qui peut légitimer le fait d’amputer un être humain de son quartier, de ses racines, de son contexte ? Un quartier, quel qu’il soit, c’est du tissu social, des voisins qui se connaissent, qui ont leurs habitudes de vivre ensemble, des repères intrinsèquement liés à leur quotidien. Prendre la responsabilité de déchirer ce tissu impalpable, mais vivant, d’en tirer les fils sanglants, dépasse les autres forfaits. Le crime commis contre l’architecture a pour corollaire un crime contre la Nature, et, finalement, un crime contre l’humanité.

    L’avenir, radieux ou pas, s’il existe encore, s’arrachera à l’apocalypse au prix d’un immédiat changement de cap. Alors que la notion même de progrès est légitimement mise en cause et celle de modernité terrassée par ses revers de médailles, il n’est plus l’heure de se réclamer du Baron Haussmann ou des reconstructions sur les fortifications. Le temps n’est plus aux grands travaux. En l’état dévasté du monde, il est urgent de renoncer à des « droits à bâtir » tout aussi indécents que des « droits de polluer » ! Car c’est un fait que les compagnies immobilières polluent notre sol en anéantissant notre culture et notre nature tout comme les compagnies aériennes polluent nos cieux. C’est donc aux milieux immobiliers que s’adresse cette supplique urgente : Modérez vos appétits, respectez l’histoire et la nature, considérez le long terme, aidez-nous à sauver le monde, maintenant !