30/05/2009

Saqqara Road

2006_0519Egypte0335.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour du Caire. En voyage d’études avec les historiens de l’art autour du patrimoine architectural moderne. Ce patrimoine qualifié de « colonial » et mal aimé ; des quartiers, des villes nouvelles, des bâtiments, créés par des entrepreneurs du monde entier et maintenant de mieux en mieux étudiés par des chercheurs du monde entier. Mais la protection de ce patrimoine tarde à survenir ! Et tombent encore des pans entiers, remplacés souvent par beaucoup moins bien. Les villas et les immeubles de l’Héliopolis du Baron Empain, une exemplaire ville nouvelle surgie du désert au début du XXe siècle, continuent d’être remplacés par des immeubles quelconques de fort gabarit. L’extraodinaire tribune orientalisante de l’hippodrome se dresse maintenant face à un tas de gravats dans l’expectative d’on ne sait quel improbable chantier et le Palais du Baron attend toujours, dans un jardin réaménagé, sa restauration.

Lire la suite

10:54 Publié dans Patri | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : le caire, urbanisme, patrimoine architectural, saqqara road | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/12/2008

Le quart monde de l'Université de Genève

Deux étudiantes en Lettres de l'Université de Genève, Jennifer Burkard et Jessica Mastrototaro, ont convoqué une hier une conférence de presse pour déplorer les conditions de travail qui sont les leurs à Genève. L'incendie de l'ancienne Ecole de chimie a encore dégradé des conditions de travail qui étaient déjà précaires jusque là. Plusieurs étudiants et un grand nombre d'enseignants d'allemande, d'anglais, d'italien, d'espagnol, de musicologie et d'histoire de l'art, ainsi que des bibliothécaires étaient présents pour témoigner leur solidarité et dire le triste sort réservé à la Faculté des Lettres, parente pauvre de l'Université.

Quelle réponse pour l'heure à ces justes doléances? Le "Grand projet" pour la Faculté des Lettres (un impossible Grand Louvre de l'UNIGE), repoussé d'année en année. Ce Grand Projet prévoit le remaniement du bâtiment des Bastions et de l'Ecole de Chimie. Il suscite à juste titre la réticence de la Commission des Monuments et des Sites, puisque le parti choisi (cette forme d'iconoclasme n'arrive décidemment qu'à Genève!) crève largement le toit du bâtiment des Bastions pour y placer la "Grande bibliothèque" de la Faculté des Lettres! Le sort de l'ancienne Ecole de Chimie est donc étroitement lié à celui de l'Université de Carl Vogt qu'on se propose de reprofiler (et c'est un euphémisme), sans doute pour fêter dignement son 450e! 

La directrice de l'Office des Bâtiments de l'Etat de Genève répète avec obstination qu'il n'est pas question d'engager des travaux de remise en état à l'Ecole de Chimie avant que le Grand Projet ne soit adopté. Chère Madame Prini Saggio, votre obstination est de mauvais aloi! Il vous faudra bien délier les cordons de la bourse pour assurer cet entretien minimum réclamé par les étudiants et les enseignants pour assurer un tant soit peu de confort et de sécurité! Il y a trop longtemps que la Faculté des Lettres est le quart monde de l'Université de Genève.

http://www.tdg.ch/geneve/actu/ne-veulent-uni-ruine-2008-12-16