24/03/2014

Disette pour les Lettres

La philosophe américaine, Martha Nussbaum, dans son ouvrage Not for profit: Why democracy needs the Humanities (2010) livre un plaidoyer en faveur de l'enseignement des humanités dans un monde gouverné par l'économie. Elle y dénonce le déclin généralisé des lettres et des arts, domaines centraux autrefois, parce qu'à même de former des citoyens avertis et critiques dans nos sociétés démocratiques. Privée du grand projet de rénovation d'Unibastions, auquel le politique a cru bon surseoir à la fin de l'année 2013, la Faculté des Lettres de l'Université de Genève est à n'en point douter l'illustration même des injustices qui frappent de plein fouet les humanités de par le monde.

Lire la suite

05/03/2014

L'Eglise de la Nativité au patrimoine mondial

Dans un auditoire Rouiller très rempli se tenait hier la première conférence d'un cycle de quatre conférences, intitulé "Le patrimoine culturel de l'humanité: un outil pour la paix", organisé dans le cadre de la chaire Unesco du droit international de la protection des biens culturels (UNIGE), dont le professeur Marc-André Renold est le titulaire. Elias Sanbar, poète, essayiste, politicien, fit, au titre d'ambassadeur de Palestine auprès de l'Unesco, une brillante présentation du classement au patrimoine mondial du premier monument de Palestine à entrer dans ce cénacle: l'église de la Nativité de Bethléem.


Lire la suite

03/11/2008

En marge de la nouvelle loi sur l'Université

contre-loi-universite

C130-10103.html

courants_web.pdf

Le peuple est appelé à se prononcer le 30 novembre sur la nouvelle Loi sur l’Université, une loi qui doit en substance donner plus d’autonomie à l’institution universitaire. Si le peuple est appelé à voter, c’est suite à un référendum initié par les étudiants au lendemain de l’adoption de ladite loi par le Grand Conseil, à la veille de la pause estivale. Un numéro hors série de la revue Courants, organe de la CUAE (voir lien ci-dessus) expose clairement les craintes estudiantines.

 

Les étudiants sont inquiets, et on les comprend, quant au peu de garanties données en matière de taxes universitaires, plafonnées jusqu’à présent à 500 frs par semestre. Ils craignent que l’Université de Genève ne perde le caractère démocratique qui est le sien pour s’aligner sur les modèles prestigieux d’Outre-Atlantique. Les taxes déjà perçues à l’Institut des Hautes études internationales et du Développement (3.000 frs pour un étudiant suisse par semestre et 5.000 frs pour un étudiant étranger) donnent un aperçu de ce que pourrait devenir demain l’ensemble de l’Université.

 

Les dispositions financières de la nouvelle loi, qui prévoit aussi de déplafonner les salaires des professeurs pour attirer les « grosses pointures », a pour prétention essentielle de permettre à l’Université de Genève de s’aligner au niveau des meilleures universités mondiales et de briller dans d’improbables rankings dont les critères mesurables sont plus de l’ordre du quantitatif que du qualitatif (lequel, il faut bien le dire, ne se mesure pas bien !). Et pour cela tous les moyens du monde ultra-libéral (à la chute duquel nous sommes probablement en train d’assister impuissants) sont bons.

 

L’excellence du monde universitaire serait à ce prix. Cette excellence de tous les superlatifs (à l’image de l’arrogance contemporaine), qui fait florès dans chaque argumentaire, qui surgit au détour de chaque discours officiel, cette excellence serait donc aliénée à l’argent ! Triste vérité qui nous rend nostalgiques de l’Université de papa, celle qui était la maison de tous les savoirs et où l’on aspirait à des valeurs platoniciennes, le Vrai, le Beau et le Bon. Cette université-là a eu ses savants et ses intellectuels (de Saussure, Piaget, Jeanne Hersch, Starobinski, …) plus adonnés à leur science qu’aucun universitaire aujourd’hui. Car l’étude, en nos temps incertains, est sacrifiée au réseautage,  aux lourdeurs administratives, aux montages de dossiers pour décrocher de gros contrats de recherches et des mandats privés. Et ce n’est pas la nouvelle loi qui arrangera quoi que ce soit.

 

Alors le quidam qui va voter le 30 novembre sur la Nouvelle Loi de l’Université doit prendre le temps de réfléchir deux fois à la question. Va-t-il vraiment donner son blanc seing à une plus grande autonomie de l’Université ? Va-t-il entériner la libéralisation de l’institution au moment même où le monde subit de plein fouet la sévère débâcle d’un excès de libéralisme ?   

 

23:55 Publié dans Uni | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loi, université, autonomie, libéralisation, prochaines votations | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/11/2008

Les étudiants de la Faculté des Lettres convoquent leur doyen

Lundi 3 novembre 2008, 12h15

salle B 101, Bâtiment des Philosophes

 

Les étudiants de la Faculté des Lettres

(en particulier les usagers de l'ancienne Ecole de Chimie)

ont rendez-vous avec leur doyen,

le professeur Eric Wehrli,

pour exposer leurs doléances concernant leur situation

au lendemain de l'incendie.

 

Venez nombreux!

 

Plusieurs enseignants sont solidaires de cette démarche et regrettent que le Conseil d'Etat, en particulier Messieurs Charles Beer (DIP) et Mark Müller (DCTI), ne considèrent pas urgent d'agir rapidement pour offrir aux étudiants des conditions de travail acceptables. Ils déplorent par ailleurs l'incurie générale du patrimoine de l'Etat qui, depuis des décennies, n'est absolument pas géré ni entretenu comme il le devrait.

 

 

21/10/2008

Journée des collégiens UNIGE

Nouvelle proposition de poster.zip

 Dépliant Journée Collégiens.pdf

Chères Collégiennes, Chers Collégiens,

Le Département d'histoire de l'art

de l'UNIGE

vous attend dans le Hall d'UniMail

de 9h00 à 16h00

le 29 octobre 2008

dans le cadre du programme BOUSSOLE

05:02 Publié dans Uni | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : histoire art, collégiens, université genève | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/04/2008

L'Uni prend l'eau

304226717.jpgVous me permettrez d'ajouter un petit couplet au chapitre de l'entretien des bâtiments publics, d'un bâtiment de l'état en l'occurrence, d'un bâtiment universitaire. L'ancienne Ecole de Chimie, construite à la fin des années 1870 par les architectes Henri Bourrit et Jacques Simmler, le même tandem qui réalisera l'Ecole des Arts industriels, puis décoratifs (actuelle HES Arts visuels) un peu plus tôt. Le bâtiment de l'Ecole de Chimie fut conçu comme un palais dans la tradition de l'architecture fédérale "à la Semper", inaugurée en Suisse avec les bâtiments de l'EPFZ. Le budget de l'époque se monta à près d'un million de francs dont la moitié fut prélevée sur le legs récent du duc de Brunswick.

La mémoire des hauts faits architecturaux est malheureusement courte. Dans les années 1980 la chimie déménagea dans le bâtiment de Sciences II et l'Ecole de Chimie fut abandonnée. On songea même, dans les années 1960, à la démolir sur l'autel de la circulation automobile. Il n'en fut rien: le palais florentin de la chimie genevoise se maintint. Derrière sa belle façade en molasse verte à bossage et refends, exhibant savamment des réminiscences renaissantes, l'édifice demeura quelque temps vide. Jusqu'à ce qu'on décidât d'y loger plusieurs départements de la Faculté des Lettres (au nombre desquels le département d'histoire de l'art et de musicologie), qui s'y trouvent toujours aujourd'hui. 

Depuis nombre d'années on se sert donc de l'auguste édifice comme d'"une commode dont on changerait les tiroirs", ce que m'avait expliqué jadis un responsable du service des bâtiments universitaires. Cette métaphore du bâtiment-commode, si elle satisfait au confort mental d'un gestionnaire, fait peu de cas du patrimoine architectural. Au titre de commode, l'Ecole de Chimie s'est donc vue transformée sans plan d'ensemble, au coup par coup. Une partie de l'imprimerie de l'Université a été installée au rez-de-chaussée inférieur, jouxtant bruyamment les salles de cours et les bureaux des enseignants-chercheurs! Le petit amphithéâtre qui faisait pendant au grand amphithéâtre (toujours opérationnel mais qui attend impatiemment l'ébéniste qui viendra redonner un peu de jeunesse aux vieux bancs), a été remplacé par une salle de séminaire, devenue dépôt de livres et perdue pour les enseignements qui manquent pourtant d'espaces. Des murs porteurs ont été percés provoquant fissurations et nécessitant renforcements. Les peintures de faux marbres, qui ornaient les vestibules et le grand escalier, ont été badigeonnées de blanc ... et les beaux sols de terrazzo sont réparés par des pièces en bitume ... Un projet est désormais à l'étude!

Dans l'intervalle les usagers, parents pauvres de l'Université, s'accomodent des lieux! Et dans ces locaux l'Uni prend l'eau, au sens propre du terme! Une fois encore, hier, l'entreprise Guimet a été convoquée d'urgence pour une inondation des couloirs du rez-de-chaussée inférieur, ceux qui mènent à la bibliothèque de l'Unité d'histoire de l'art. Les canalisations obstruées d'une courette ont entraîné de nauséabonds débordements transformant le couloir en un canal qu'il fallait passer à gué. A ce genre d'inconvénient n'importe quel concierge ou service de conciergerie, n'importe quel contrat d'entretien du bâtiment pourraient facilement remédier, en attendant que se réalise un jour, que l'on espère prochain, le Grand Projet de remise en état de l'intérieur du bâtiment.1485977918.jpg1364278487.jpg

 

 

10:59 Publié dans Uni | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/03/2008

Portes Ouvertes Unité Histoire de l'art

portes ouvertes.doc

L'Unité d'histoire de l'art du Département d'histoire de l'art et de musicologie de la Faculté des Lettres de l'Université de Genève (ouf! que c'est long!)

a le plaisir de vous inviter à une séance de Portes Ouvertes

qui se tiendra le mercredi 2 avril 2008 de 16h00 à 19h00

avec verrée à l'issue dans le

 

Bâtiment des Philosophes (soit ancienne Ecole de Chimie)

Auditoire historique Phil 1 1er étage

 

 

Des professionnels de l'histoire de l'art, issus de l'Université de Genève, se joindront à cette manifestation ouverte aux COLLEGIENS, aux ETUDIANTS DE BACHELOR et de MASTER, ainsi qu'aux anciens de la maison!

13:23 Publié dans Uni | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook