Allô, allô Jupiter! Ici la Terre. (09/12/2021)

Les Feuillantines en images – NON À CETTE CITÉ DE LA MUSIQUE

La bataille des Feuillantines est remportée, mais ne représente qu'une goutte d'eau dans la mer des choses à régler. Le divorce entre les élites et la population est consommé tout autant que le divorce dans la population en général. La réconciliation ne peut sereinement advenir que si les responsables politiques cessent de témoigner condescendance et mépris pour leur population, pour celles et ceux qui pensent que les perspectives d'avenir sont ailleurs que dans le mirifique lendemain qu'elles leur proposent de force (dans le pays où la vaccination ne s'impose pourtant pas). La bienséance et l'intelligence seraient de remettre en question aujourd'hui ensemble l'ensemble de la politique d'urbanisation. Camper fixement sur des positions immuables, c'est faire preuve d'une obstination de self-défense qui n'a rien de légitime. Et chacun sait qu'il n'y a que les .... qui ne changent pas d'avis!

Politiciens de tous bords, réveillez-vous! On vous a sournoisement vendu des vessies globales pour des lanternes locales! Et, béotiens que vous êtes, vous y avez cru, vous avez mis le doigt dans l'engrenage. Il est maintenant broyé. Et si l'on s'était servi de vous? Allô, allô Jupiter! Ici la Terre. A votre décharge il y a eu des intermédiaires pour jouer des doubles jeux. Comme ce Heimatschutz, converti en Heimat Verrat; un ancien président juriste, à multiple visière, présentement à la tête du PAV: le grand écart! Trop d'architectes, trop d'ignorance de l'histoire locale, trop peu de véritable culture, trop d'intérêts privés pour défendre comme elle l'aurait mérité notre belle Genève si richement dotée pour traverser la "transition" : une nouvelle génération pour obtempérer à des mots d'ordre sans réfléchir, obéir et construire. Surtout "Construire la Ville en Ville", ce qui a signifié détruire, sans faiblir, l'existant, même intéressant, parce que pas exceptionnel et que malheureusement situé dans le couronne urbaine, une zone décrétée vers 1960 comme la zone 3 B de développement, et jamais revue depuis. Avec les incontournables droits à bâtir y afférents revendiqués par des promoteurs immobiliers rapaces et leurs escouades d'avocats.

D'arrangements en complicités, d'expulsions en PLQ, Genève s'est terriblement amochée. Il n'y a pas que Les Feuillantines à sauver! Chaque domaine c'est encore du patrimoine irremplaçable et de la nature en ville pour y vivre bien et y respirer. Et si les responsables, mal conseillés par une génération d'experts consanguins, quinqua- et sexagénaires, incapables de vision véritablement prospective, s'ôtaient de la tête le modèle dont sa population aurait prétenduement besoin. Elle a peut-être autant, si ce n'est davantage, besoin d'un environnement stable et de ses repères. Il n'est pas légitime de la priver de son paysage, de son soleil, de ses arbres, de ses écureuils ... et du crapaud Bufo Bufo! Pour du bitume, du balast, du béton, du boucan de la ville la plus bruyante de Suisse. Inutile et préjudiciable tohu bohu. 

Jupiter et tout ton Olympe, et le ban et l'arrière-ban des demi-dieux, remettez les pieds sur terre! Ici la Terre et ses ligues conservationnistes! Back to the Future! Posez-vous bien la question suivante avant de voter d'un seul homme le PLQ 12469B ( https://ge.ch/grandconseil/data/texte/PL12469B.pdf) qui poursuit une densification discutable et obsolète au chemin de la Chevillarde : l'avenir réside-t-il avec plus de certitude dans les amas urbains qui se préparent ou dans l'espèce de cité-jardin qu'était la patrimoniale Genève?

 

 

 

 

 

 

14:39 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : feuillantines; cité de la musique; politique urbaine genève; den | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook