Comment s'évanouit le patrimoine architectural

Imprimer

A partir d'une petite histoire vraie dans un village "protégé" du Genevois                                                                                                                                               

C’est avec stupéfaction que j’ai constaté la semaine dernière que mon jeune nouveau voisin, au demeurant fort sympathique, avait éventré la façade de la maison de feue Léa G., du côté jouxtant ma propre parcelle. Rien, lors des discussions que j’avais eu l’occasion d’avoir avec lui, ne laissait présager ce massacre. Il parlait avec émotion des murs de 300 ans d’âge. Je ne pensais pas que c’était pour les démolir.

IMG_4167.jpg

Lorsqu’au printemps 2020, pendant le confinement, j’ai reçu des photos montrant la destruction de la partie opposée de cette même façade et que je m’en suis inquiétée, la réponse que j’ai alors obtenue était que cette première atteinte était autorisée, la façade ayant subi à cet endroit des transformations au XXe siècle. Cela m’a alors un peu rassurée, mais pas tout à fait convaincue. Même une partie de façade du début du XXe siècle, réalisée avec les matériaux et savoir-faire traditionnels, a, à mon sens, de la valeur dans un village protégé.

d1038856-bb19-4e4e-9e7e-0695119fcd4d.JPG

La maison de feue Léa G. était une maison encore très authentique, ayant conservé sa structure intérieure avec planchers en bois et ses façades, quand bien même les occupants précédents avait cru bon transformer fondamentalement la cour en la bétonnant et en abattant le beau mur à cadette arrondie qui séparait du côté cour ma propriété de la leur et ajouter un (ou plusieurs) velux sans autorisation. Cette famille à peine partie, la voilà remplacée par un jeune et sympathique vandale, qui a la langue bien pendue, qui pense maîtriser le projet architectural et surtout l’intervention dans l’ancien, une chose si délicate.

IMG_4168.jpg

Comment se fait-il qu’on puisse en arriver là dans un village qui se trouve accompagner un important château de la fin de la Renaissance, lui-même monument classé ? Où sont les erreurs d’aiguillage fatales qui provoquent un tel dérapage ? Lorsque j’ai acquis un bien en 1992, c’était parce que ce village, un peu endormi, avait beaucoup de charme et on prétendait qu’il était « protégé » d’une certaine manière au titre de périmètre du château (la loi des 500 m. tant discutée depuis). Je pensais garanti un avenir dans un environnement ancien et charmant relativement sous contrôle.

Etre spécialiste d’un domaine et être propriétaire étrangère d’un bien immobilier dans un village ont toujours pour moi été deux choses distinctes. Quand bien même j’ai appliqué à la propriété, dont je m’étais rendue acquéreuse, les règles que j’ai professées dans l’académie, il n’était, bien entendu, pas question pour moi d’essayer de vouloir imposer ces principes aux autres, puisque je n’avais aucune autorité pour le faire. Et, 28 ans plus tard, je m’en veux infiniment de n’avoir pas essayé, de n’avoir pas fait plus de pédagogie auprès des responsables.

Car le village ne s’est pas embelli pendant toutes ces années où la valse des propriétaires successifs et de leurs interventions successives, peu ou pas maîtrisées, ont entrainé mille et unes déprédations. Cela va des fautes de goût plus ou moins réversibles (et c’est un moindre mal) comme enduits complètement ratés et faux joints extérieurs, apparition de murs de clôture en bois ou parpaing sans obéir à aucune ligne directrice, ajouts de balcons métalliques achetés dans quelque Bricorama ou de structures en bois démesurées, remplacement de portes et fenêtres en bois par des portes et fenêtres métalliques, etc., aux atteintes irréversibles comme démolitions et reconstructions partielles, agrandissements clandestins des ouvertures, occupation des combles et leurs impacts en toiture, etc.

Toucher à la substance du gros œuvre des maisons anciennes est une atteinte grave et irrémédiable. Les murs de boulets et de pierres de taille constituent véritablement l’ossature substantielle du village et, lorsqu’on décide de remplacer ces vieux murs centenaires par des murs en parpaings de béton, il s’agit d’une atteinte fondamentale dont il faut bien mesurer tous les tenants et les aboutissants avant même le premier coup de marteau-piqueur. Et il faudrait surtout le faire en déposant une demande d’autorisation de démolir et reconstruire en bonne et due forme.

Le plus triste de toute cette sarabande est de constater la vitesse de rotation des propriétaires qui s’en prennent à ces bâtiments centenaires et les malmenant pour les abandonner aussi vite. Il s’agit parfois d’un « premier achat » qu’on revendra dans la foulée et, dans ce cas, il paraît d’autant plus inadmissible de « fermer les yeux » sur des atteintes graves qui péjorent à tout jamais le bien immobilier et lui font perdre toutes ses qualités initiales de bâtiment ancien. Pourquoi acquérir un bâtiment tricentenaire si c’est pour le travestir en maison moderne et détruisant sa substance et en faire un bien qui se mesure à l’aune des critères contemporains en appartements de 60 ou 80 m2 ? En encore, si tout cela se faisait sans atteinte aux façades et aux gabarits et avec les conseils d’un spécialiste des monuments historiques. Il y a à l’évidence un gros malentendu que des directives claires de la mairie et des monuments historiques, brandies au moment de l’achat ou aussitôt après, pourraient peut-être aider à dissiper dans l’intérêt de la mise en valeur du noyau villageois.

C’est bien volontiers que je m’entretiendrai avec Monsieur le Maire et ses Conseillers administratifs dans l’intérêt de la défense du caractère historique du village. L’architecture ancienne est un bien trop précieux pour qu’elle puisse être dilapidée n’importe comment par des intervenants sans compétences dans le domaine. Et remplacée par des faux semblants qui ne sont plus porteurs ni de sens ni d’histoire. Sans quoi, notre village "protégé", qui compte encore quelques belles maisons « dans leur jus », ne sera bientôt qu’un village sans charme et sans intérêt aucun, son château ayant lui-même subi des interventions discutables par le passé.

                                                                                                                    

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Voici la réponse qui a été donnée par le maire du village incriminé à une propriétaire "genevoise" installée depuis 28 ans dans le village, où elle est très bien intégrée et dans lequel elle a toujours entretenu d'excellentes relations avec les habitants "autochtones" depuis à une exception notable près que des constats de police ont relevée:

    "Madame,

    J’ai parcouru succinctement votre ébauche sur notre commune que vous m’avez envoyé par mail, et si je me permets est d’une impolitesse extrême de la part d’une personne autochtone.
    Madame, la France est reconnu dans le monde entier pour son hospitalité, envers les personnes hétérogènes, résidant épisodiquement sur notre territoire. Par contre, il me semble que ces personnes doivent entretenir une certaine réserve sur leur sentence vis-à-vis de notre constitution.

    A charge du contraire, nous n’obligeons aucun individu à venir investir en France, si même l’investissement semble plus séduisant que dans son pays d’origine, de plus si cette personne ne trouve pas dans notre pays la satisfaction hypothéqué.
    C’est pour ces raisons que je ne vous permets pas de telles allégations sur le fonctionnent des règles de mon pays et plus particulièrement sur le fonctionnent de ma commune.

    Madame je n’ai pas à recevoir, de votre part, vos commentaires, principalement pour ce qui est de l’urbanisme, [...].

    Vos attaques écrites si dessous, [...], sur un manque de pédagogie envers les responsables, sur la valse des propriétaires et des sois disant déprédations, et sur notre architecture dilapidée n’importe comment, sans aucune maitrise, nos erreurs d’aiguillage fatal, et pour clore, votre pensée, Clermont n’est qu’un village sans charme et sans intérêt aucun, même le château a subi des interventions discutables !.
    Voilà, je n’irai pas plus loin dans ma réponse, mais étant donné l’état négatif que vous décrivez sur notre belle commune, je ne saurai trop vous encourager rapidement à spéculer sur un autre lieu de villégiature qui corresponde à vos attentes.

    Madame, je ne pense pas utile de me répondre à ce mail, je pense que tout a été dit sur ce sujet."
    signature

Les commentaires sont fermés.